Select Page

Genre : Drame

Le photographe

Ritesh Bafa nous livre ici un quatrième long métrage dans la lignée de sa production indienne précédente sans se répéter pour autant.

Read More

Thé et sympathie

L’histoire d’une aiguille à coudre maniée par un doigt d’homme aux « mains de femme » et de la hantise qu’elle provoque dans le monde des mâles.

Read More

La Victime

« La victime » tient une place et un statut à part dans la cinématographie britannique. L’ oeuvre dénonce l’hystérie
paranoïaque d’une « chasse aux sorcières » menée à l’encontre de la communauté homosexuelle. Le film favorisa la jurisprudence en faveur d’un amendement voté en 1967 dépénalisant l’homosexualité.

Read More

Swallow

Un véritable étendard d’une ode à l’acceptation de soi : envers et malgré tout.

Read More

Tommaso

Un vingt-quatrième film pour mettre en scène la dure vie d’un ex toxico repenti dans les rues de la Ville éternelle.

Read More

Après la nuit

Un nouveau film sur le couple, mais avec le regard d’un jeune Roumain très inspiré par la Nouvelle Vague roumaine.

Read More

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Read More

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.

Read More

« Les Amours d’une blonde » et « Au feu les pompiers » de Milos Forman

« Les amours d’une blonde » ouvre et referme la parenthèse de vie douce amère d’une jeune ouvrière en quête d’un amour durable. Milos Forman improvise une tragi comédie qui a la verdeur cruelle d’une poésie brute. Avec « Au feu les pompiers », il peint au vitriol l’incompétence et l’hypocrisie administrative qu’il dégonfle comme une baudruche dans une farce pyrotechnique. En versions restaurées 4K.

Read More

Les Enfants d’Isadora

Porté par la très belle musique d’Alexandre Scriabine, ce nouveau film de Damien Manivel rend hommage à la danse et à l’épure du geste.

Read More

Terminal Sud

Pour ses retrouvailles avec Ramzy Bedia, Rabah Ameur-Zaïmeche livre un brûlot politique étouffant, confirmant la richesse de sa cinématographie unique et essentielle dans le paysage du cinéma français.

Read More

Noura rêve

« Noura rêve » marque par son humanité et le regard franc de sa réalisatrice.

Read More

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».

Read More

Une Colonie

Pour son premier film de fiction, Geneviève Dulude-De Celles suit avec une belle sensibilité et beaucoup de nuances les impérieux basculements de l’adolescence.

Read More

Quand passent les cigognes

« Quand passent les cigognes » est une allégorie de la guerre. Boris et Veronika transcendent leur amour dans un vertige mutuel à faire « pleurer dans les datchas » même si « Moscou ne croît pas aux larmes ». Mikhaïl Kalatozov délivre ici un manifeste pacifiste au romantisme dévastateur. En version restaurée 4K.

Read More

Oleg

Le film coup de poing de cette Quinzaine des réalisateurs.

Read More

Sorry we missed you

Ken Loach ne cesse de nous surprendre et d’attiser notre révolte avec cette nouvelle oeuvre en compétition officielle au Festival de Cannes.

Read More

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Read More

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Read More

Matthias et Maxime

Avec ce nouveau film intimiste et mature, Xavier Dolan se réconcilie avec son public. Du Dolan mais en mieux.

Read More

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Read More

Atlantique

Le jury du précédent Festival de Cannes a décerné le Grand Prix a un film d’une beauté et d’une singularité rares, qui travaille à faire naître l’amour dans un monde où l’Atlantique est un cimetière autant qu’une promesse.

Read More

L’Homme qui rit

Injustement éclipsé par l’irruption du parlant, « L’homme qui rit » est le dernier avatar hollywoodien du « grotesque expressionniste ». A la manière des « diableries » baroques d’un Jérôme Bosch ou d’un Breughel, Paul Leni condense l’épopée visionnaire de Victor Hugo dans une théâtralité fantasmagorique. En version restaurée 4K.

Read More

River of Grass

Datant de 1994, le premier film de Kelly Reichardt sort enfin sur nos écrans : un charme certain et, surtout, plein de belles promesses.

Read More

Le Déserteur

Film rêvé, et cauchemar sur la guerre, la force de ce second film s’impose comme une évidence.

Read More

Halte

Véritable découverte du Festival de Cannes 2019 : à ne pas rater !

Read More

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

Read More

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.

Read More

Les Musiciens de Gion

Dans « les musiciens de Gion », une jeune apprentie-geisha de chenille se mue en papillon mais à peine sortie de sa chrysalide, se brûle les ailes et s’étiole au contact de la dure réalité de sa condition. Remettant inlassablement l’ouvrage sur le métier, Mizoguchi livre ici un vibrant lamento où la geisha est l’artiste d’un monde flottant en voie de disparition. En version restaurée.

Read More

Crépuscule à Tokyo

Avec « Crépuscule à Tokyo », Yasujiro Ozu observe sans jugement mais avec un prisme japonais la lente corrosion d’une famille jusqu’à son éclatement intergénérationnel. Bouleversant et atypique dans la production ozuesque. En version restaurée.

Read More

Manta Ray

Dédié au peuple rohingya, le troisième long métrage de Phuttiphong Aroonpheng n’abandonne pas entièrement le cinéma expérimental de ses débuts.

Read More