Select Page

  • Palmarès Ciné de la décennie 2010-2019


    Le palmarès des meilleurs films de la décennie 2010-2019, par les membres de notre rédaction.

SORTIES

SORTIES

Le photographe

Le photographe

Ritesh Bafa nous livre ici un quatrième long métrage dans la lignée de sa production indienne précédente sans se répéter pour autant.

Scandale

Scandale

Au cœur de l’inacceptable : le minimum syndical.

1917

1917

La superproduction vantée comme l’épopée de l’année se révèle être un divertissement technique dont on reste distant.

Trois aventures de Brooke

Trois aventures de Brooke

Un magnifique voyage en Malaisie et en soi-même, qui fait réfléchir sur sa condition, ses rêves, ses souvenirs.

Swallow

Swallow

Un véritable étendard d’une ode à l’acceptation de soi : envers et malgré tout.

Nina Wu

Nina Wu

Après le « tsunami » de MeToo, Midi Z réalise un beau film qui, paradoxalement, ne donne pas en-vie de faire du cinéma.

Le photographe

Ritesh Bafa nous livre ici un quatrième long métrage dans la lignée de sa production indienne précédente sans se répéter pour autant.

Scandale

Au cœur de l’inacceptable : le minimum syndical.

1917

La superproduction vantée comme l’épopée de l’année se révèle être un divertissement technique dont on reste distant.

Trois aventures de Brooke

Un magnifique voyage en Malaisie et en soi-même, qui fait réfléchir sur sa condition, ses rêves, ses souvenirs.

Swallow

Un véritable étendard d’une ode à l’acceptation de soi : envers et malgré tout.

Nina Wu

Après le « tsunami » de MeToo, Midi Z réalise un beau film qui, paradoxalement, ne donne pas en-vie de faire du cinéma.

COIN DU CINÉPHILE

COIN DU CINÉPHILE

L’homosexualité au cinéma

L’homosexualité au cinéma

Le traitement de l’imagerie gay dans l’histoire du cinéma se conjugue à la vision de ce penchant dans la société, particulièrement dans le cinéma hollywoodien. Les excès des années 20 et le faste du cinéma muet laisse entrevoir figures androgynes et situations équivoques qui se prolongeront durant les premiers pas du parlant et de l’ère Pré-Code. Cependant l’application du Code Hays va rendre la figure gay plus masquée sans la faire disparaitre des écrans, que ce soit dans la caricature à travers des personnages précieux et efféminés, ou de manière plus subtile comme George Cukor (cinéaste hollywoodien gay) avec la Katherine Hepburn travestie de Sylvia Scarlett (1935).

On retrouve cette dualité à l’orée des années 40 et 50, où l’homosexualité est un désir maléfique (les adaptations de Tennessee Williams comme Soudain l’été dernier (1960) ou La Chatte sur un toit brûlant (1958)) alors que des cinéastes comme Vincente Minnelli (bisexuel également dans le privé) dans Thé et sympathie (1956) ou Nicolas Ray avec La Fureur de vivre (1954) en montre, sans expliciter la chose, un versant plus humaniste et en contrepoint des attitudes machistes en vigueur.

Les années 60 desserrent l’étau de la censure mais pas celui du jugement moral et voit ainsi des œuvres progressistes comme La Rumeur de William Wyler (1961) ou Victim de Basil Dearden (1961) évoquer explicitement la chose tout en réservant aux protagonistes gay une issue tragique. Tout ce qui suivra durant les décennies suivantes cherchera à installer la figure et l’imagerie gay dans la culture populaire et le paysage cinématographique. Cruising de William Friedkin va explorer des pratiques sexuelles à la marge, le méconnu Extravagances (1995) plonge des gros bras du cinéma d’action dans le monde des drag-queen. Ces avancées majeures sortent désormais les homosexuels d’une forme de niche cinématographique, cette ouverture sociétale les inscrivant dans des grands genres classiques, que ce soit le thriller sulfureux Basic Instinct de Paul Verhoeven (1992), le mélodrame Le Secret de Brokeback Mountain d’Ang Lee ou la comédie rétro Victor, Victoria de Blake Edwards (2008). Le cinéma peut même désormais être un terrain pour les gender studies comme le documentaire The Celulloid Closet (1995) et célébrer les icônes gays dans Harvey Milk de Gus Van Sant (2008).

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile sur le traitement et l’imagerie de la dictature au cinéma.

Précédentes Thémas

Roman Polanski
Roman Polanski

Comme souvent désormais ces dernières années, c’est dans un climat de controverse que sort le dernier film de Roman Polanski. Ce tumulte l’entourant est indissociable de sa filmographie, les drames de sa vie tout comme sa propre part d’ombre nourrissant la noirceur de...

Jacques Rozier
Jacques Rozier

On se penche sur l’art libre et bienveillant de Jacques Rozier.

Pedro Almodovar
Pedro Almodovar

A l’occasion de sa rétrospective en salles depuis le 19 juin, un Coin du Cinéphile consacré au cinéaste le plus emblématique de la nouvelle vague espagnole.

Le traumatisme nucléaire dans le cinéma japonais
Le traumatisme nucléaire dans le cinéma japonais

La défaite lors de la Seconde Guerre Mondiale et surtout les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki qui l’accélérèrent reste un traumatisme national et intime profond pour le Japon. La reconstruction passera d’abord par l’oubli puisque parallèlement au renouveau...