Select Page

  • Hiroshima

    Avec son réalisme cru, "Hiroshima" recrée les conditions du largage de la première bombe atomique à l’instant “t” et le chaos schizophrénique qui s’ensuivit l’instant d’après. Il exhibe les stigmates de la radioactivité comme une plaie béante impossible à refermer. Film-évènement.

SORTIES

SORTIES

Where Love Lives

Where Love Lives

« Ne cherche pas à être validé par les autres, par l’extérieur. Sois ta propre validation, accepte-toi tel que tu es. Trouve ta tribu, ta famille, ta famille de coeur qui sait t’aimer de manière inconditionnelle. » Billy Porter

Qu’importe que les bêtes meurent

Qu’importe que les bêtes meurent

Grand Prix du Jury du Festival Sundance 2020, le dernier court-métrage de Sofia Alaoui, nous émeut car il aborde avec une certaine finesse des questions fondamentales.

Digger

Digger

« Tout a un rythme. Ce qui compte c’est ce que voient tes yeux, pas ton esprit (…) Est-ce que tu aurais du tabac ? Pour une cigarette. »

Where Love Lives

« Ne cherche pas à être validé par les autres, par l’extérieur. Sois ta propre validation, accepte-toi tel que tu es. Trouve ta tribu, ta famille, ta famille de coeur qui sait t’aimer de manière inconditionnelle. » Billy Porter

Qu’importe que les bêtes meurent

Grand Prix du Jury du Festival Sundance 2020, le dernier court-métrage de Sofia Alaoui, nous émeut car il aborde avec une certaine finesse des questions fondamentales.

Digger

« Tout a un rythme. Ce qui compte c’est ce que voient tes yeux, pas ton esprit (…) Est-ce que tu aurais du tabac ? Pour une cigarette. »

COIN DU CINÉPHILE

COIN DU CINÉPHILE

Rêves et cauchemar

Rêves et cauchemar

Le monde des songes est un prisme puissant propre à stimuler les possibilités du cinéma, propre à y véhiculer avec brio ses affects secrets et l’imagerie singulière. Les films traitant du sujet cherchent donc souvent un équilibre entre veine psychologique et expérimentations formelles. Le film noir s’aventure notamment dans le thème tel Alfred Hitchcock et sa séquence conçue avec Salvatore Dali dans La Maison du Docteur Edwardes (1945). Pour ce Coin du Cinéphile nous avons cependant plutôt privilégié les films explorant l’expérience esthétique, de laquelle vont découler les différents motifs analytiques (alors que c’est généralement l’inverse) dont la psychologie mais pas que. Le songe peut-être une projection de l’âme du créateur dans son versant torturé et explicite avec Providence d’Alain Resnais, ou sous-jacente et lumineuse pour Akira Kurosawa au crépuscule de sa vie quand il signe Rêves (1990). Le rêve peut également être une réaction inversée ou une lecture latente des maux d’une époque dans Le Magicien d’Oz de Victor Fleming (1939), échappée féérique au contexte de crise économique et de conflit mondial, ou encore Les 5000 Doigts du Docteur T de Roy Rowland et sa métaphore du communisme. Le récit enfantin est ainsi à la fois une fuite et un reflet des peurs enfantines. L’imaginaire foisonnant de créateurs tels que Satoshi Kon ou Ken Russell peuvent même nous emmener sur des territoires inédits où le rêve interroge sur l’origine de l’existence elle-même dans Au-delà du réel (1980), ou la nature poreuse du réel dans Paprika (2007).

 

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Federico Fellini.

Précédentes Thémas

Luigi Comencini
Luigi Comencini

Le coin du cinéphile se penche sur Luigi Comencini, critique amusé et désabusé des travers des adultes, tout comme peintre attendri des meurtrissures de l’enfance.

Hommage à Bertrand Tavernier
Hommage à Bertrand Tavernier

Bertrand Tavernier vient de nous quitter. Retour, en forme d’hommage, sur l’œuvre d’une des plus passionnées et passionnantes figures du cinéma français.

New-York, une ville de cinéma
New-York, une ville de cinéma

New-York est une des villes les plus observées et fantasmées de l’Histoire du cinéma. Son emplacement géographique en fait une des métropoles les plus cosmopolites du monde, dont l’imagerie représente à elle seule l’incarnation du rêve américain. L’image de la Statue...

Peter Bogdanovich
Peter Bogdanovich

Le Coin du cinéphile se penche sur le plus nostalgique des ténors du Nouvel Hollywood.

Philippe de Broca
Philippe de Broca

A l’occasion de la sortie du livre « Philippe de Broca, un monsieur de comédie » ce Coin du cinéma est consacré à l’un des plus virevoltants cinéastes français.

La figure maternelle au cinéma
La figure maternelle au cinéma

Le Coin du cinéphile se penche sur une figure qui nous façonne, pour le meilleur ou pour le pire, par sa présence ou son absence.