Select Page

Où est la liberté?

Article écrit par

Tamasa distribue en digipack blu-ray/dvd la seule comédie néo-réaliste italienne signée Rossellini sortie en France en 1961 et peu vue depuis : “Où est la liberté ?”. Une curiosité au burlesque tragi-comique…

Où est la liberté ? est une oeuvre hybride dans la production rosselinienne. Il s’agit surtout d’une pochade néo-réaliste entièrement axée sur un canevas original : la réinsertion difficile d’un homme déphasé, Salvatore Loicano (Toto), coiffeur et joli coeur, qui vient de passer vingt-deux ans de son existence derrière les barreaux pour crime passionnel. Le postulat du film est très ancré dans la tradition de la comédie populaire italienne alors en vogue. Mais le propos de Roberto Rosselini est indéfectiblement moralisateur de façon sous-jacente.

 

 

Toto, clown triste au comique de gesticulation faciale ​

Le personnage de clown triste farcesque de Toto tient aussi du polichinelle de la comedia dell’arte avec son long nez et son faciès émacié qui s’allonge interminablement dans un menton en galoche. Toto est, en fait, un révélateur qui impressionne toutes les situations de resocialisation de façon cocasse mais avec une onction de tragique. Etrangement, le comique de gesticulation faciale de Toto tombe à plat parce qu’il achoppe sur une réalité sordide. Le monde interlope avec lequel renoue Salvatore renvoie à une imagerie de veulerie populaire : la logeuse “marchande de sommeil” faussement bienveillante, la prostituée romaine qui racole et fait de la retape sur une “piazza romana”, le bastringue où se disputent des marathons de danse échevelés, l’arsouille qui “repasse” de faux billets à la sauvette à qui Salvatore servira de “pigeon” dans sa grande candeur, la belle-famille“entremetteuse. Seul le personnage du déporté qui revient dans la maison dont il a été spolié tranche sur cette galerie de personnages triviaux et peu recommandables.

 

 

Ressorts éprouvés de la comédie italienne​

Coincé entre Europe 51 ​et ​Voyage en Italie, ​Où est la liberté ? se retrouve en porte à faux entre sa volonté de divertir en usant des rouages éprouvés de la comédie italienne et le message empirique que le sujet empreint de gravité veut faire passer.

Le faciès élastique de Toto avec sa prognathie affichée et ses yeux extrêmement mobiles, son physique de gringalet qui se contorsionne tant et plus, l’expressivité d’un visage langoureux démesurément allongé, ses sérénades et ses roucoulades énamourées mâtinées de chansons napolitaines, toute cette pantomime n’a pas prise sur les événements extérieurs et sur le réel qui sert de toile de fond. Peut-être aussi parce que le personnage de Salvatore incarné par un Toto obséquieux est profondément napolitain dans l’âme et qu’il apparaît transplanté dans Rome. Sa roublardise napolitaine volontiers doucereuse et ses manières de chattemitte avec le sexe faible ne rencontrent que sarcasmes, lazzi ,quolibets et duplicité.

L’interrogation naïve du titre renvoie à la désespérance pathétique du héros malheureux qui,pour pouvoir retourner en prison, ne trouve pour seul expédient que celui d’arracher l’oreille de son avocat inane afin d’écoper d’ un séjour supplémentaire de sept années.

 

 

Toto, incarnation et enfant du peuple napolitain

Toto est une incarnation, un enfant du peuple“napolitain”qui sait mieux que quiconque se colleter avec les vicissitudes de la vie doté pour seul viatique de cette déliquescence hâbleuse qui fait son charme suranné. Tournées par Mario Monicelli, les scènes de procès retiennent cette alacrité douce-amère qu’on voit déjà dans ​Gendarmes et voleurs.​ Cependant, la pantalonnade souffre d’un manque avéré de continuité et d’un défaut flagrant de montage alors que les volets latéraux et les fondus enchaînés masquent l’indigence scénaristique dans un burlesque contraint de situations désordonnées et sans queue ni tête.

Où est la liberté? ​est une “sottie”, une allégorie de la société italienne du temps où ce film inégal fut tourné. Toto y incarne le “bouffon” au milieu d’un imaginaire “peuple sot”. La tragi-comédie douce-amère vire à la pantalonnade dans une structure en flashback. L’acteur surjoue sa condition misérabiliste avec un tour chaplinesque mais sa candeur confine à la stupidité béate et la comédie populaire s’embourbe dans des accents outrés de tragi-comédie. A l’aune du temps qui a passé depuis sa sortie, il reste une curiosité rare -puisqu’il n’était pas sorti en France depuis 1961 -que les cinéphiles auront plaisir à retrouver dans leurs bacs favoris dans une copie impeccablement remastérisée2K.

Digipack blu-ray/dvd ​Europe 51-Où est la liberté​?distribué par Tamasa depuis le 10 mars dernier.

Titre original : Dovè la libertà ?

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Derniers Chrysanthèmes

Derniers Chrysanthèmes

« Derniers chrysanthèmes » fait implicitement allusion à la floraison tardive dans son épanouissement qui se fane avec le temps selon un processus irréversible d’étiolement. La métaphore porte ici sur une communauté d’anciennes geishas qui ne sont plus dans “la fleur de l’âge”; ravivant leurs nostalgies dans le Tokyo désenchanté d’après-guerre. Aperçu…

A l’approche de l’automne

A l’approche de l’automne

« A l’approche de l’Automne » est une oeuvre singulière dans la production narusienne, l’échappée initiatique d’un jeune provincial obligé d’en découdre avec le monde cruel des adultes sur la toile de fond de l’urbanisation galopante de Tokyo. Inédit en version restaurée 4K.