Select Page

  • Un personnage à sacrifier : sur l'écriture d'Adel pour la série "En thérapie".


    Disponible sur arte.tv depuis le 28 janvier, retour sur l’écriture problématique de la série "En thérapie".

SORTIES

SORTIES

Digger

Digger

« Tout a un rythme. Ce qui compte c’est ce que voient tes yeux, pas ton esprit (…) Est-ce que tu aurais du tabac ? Pour une cigarette. »

LE KIOSQUE

LE KIOSQUE

Je vois des magazines TV, des gens perdus aussi peut-être. Des gens qui luttent. Je vois, un mauvais accent anglais. Terrible.

Ghosts

Ghosts

« Güneşte yanmayan gölgenin kıymetini bilmez ». Qui n’a jamais été brûlé par le soleil ne connait pas la valeur de l’ombre.

Digger

« Tout a un rythme. Ce qui compte c’est ce que voient tes yeux, pas ton esprit (…) Est-ce que tu aurais du tabac ? Pour une cigarette. »

LE KIOSQUE

Je vois des magazines TV, des gens perdus aussi peut-être. Des gens qui luttent. Je vois, un mauvais accent anglais. Terrible.

Ghosts

« Güneşte yanmayan gölgenin kıymetini bilmez ». Qui n’a jamais été brûlé par le soleil ne connait pas la valeur de l’ombre.

COIN DU CINÉPHILE

COIN DU CINÉPHILE

New-York, une ville de cinéma

New-York, une ville de cinéma

New-York est une des villes les plus observées et fantasmées de l’Histoire du cinéma. Son emplacement géographique en fait une des métropoles les plus cosmopolites du monde, dont l’imagerie représente à elle seule l’incarnation du rêve américain. L’image de la Statue de la Liberté est souvent montrée comme la première prise de contact visuelle des migrants avec leur terre d’accueil à travers les siècles, dans une dimension mythologique qui perdure dans le cinéma d’animation comme dans Fievel et le Nouveau Monde de Don Bluth (1986). New-York c’est aussi une histoire de l’Amérique qu’un Martin Scorsese aura su capturer dans sa contemporanéité sordide dans Taxi Driver (1976), ses origines brutales avec Gangs of New York (2002) ou la tradition étouffante d’une part de sa communauté dans le magnifique Le Temps de l’innocence (1993). Cité tentaculaire s’il en est, New-York est le terreau idéal pour laisser s’épanouir le polar et le film noir dans une esthétique emblématique de la période cinématographique et historique comme La Cité sans voile de Jules Dassin (1948), l’urbanité menaçante des années 1980 d’Abel Ferrara : L’Ange de la vengeance (1981), The King of New York (1990), Bad Lieutenant (1992) et même les visions futuriste d’un Blade Runner (1982). A travers ses errances sentimentales, existentielles et amusées, Woody Allen se fit aussi le plus bel ambassadeur de la ville.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Luigi Comencini !

Précédentes Thémas

Peter Bogdanovich
Peter Bogdanovich

Le Coin du cinéphile se penche sur le plus nostalgique des ténors du Nouvel Hollywood.

Philippe de Broca
Philippe de Broca

A l’occasion de la sortie du livre « Philippe de Broca, un monsieur de comédie » ce Coin du cinéma est consacré à l’un des plus virevoltants cinéastes français.

La figure maternelle au cinéma
La figure maternelle au cinéma

Le Coin du cinéphile se penche sur une figure qui nous façonne, pour le meilleur ou pour le pire, par sa présence ou son absence.

Don Siegel
Don Siegel

A l’occasion de la rétrospective que lui consacre la Cinémathèque française, le Coin du Cinéphile est consacré à Don Siegel.

Kathryn Bigelow
Kathryn Bigelow

Le Coin du cinéphile se penche sur une réalisatrice à coeur et à poigne, Kathryn Bigelow.

La salle de cinéma… au cinéma !
La salle de cinéma… au cinéma !

Après des mois de privations, les cinémas rouvrent leurs portes et le Coin du cinéphile peut se pencher sur la magie de si particulière de la salle dans les films.