La vengeance au cinéma

Article écrit par

Cette semaine vous viendrez déguster un plat qui se mange froid dans le Coin du Cinéphile.

A l’occasion de la sortie en salles du remarquable Faces Cachées (2023) de Joe Lawlor et Christine Molloy, l’équipe de « Il était une fois le cinéma » a souhaité revenir sur le thème de la vengeance au cinéma. De fait la vengeance constitue un des ressorts dramatiques les plus ancestraux et universels. Viennent souvent s’y greffer des thématiques vastes et variées. On peut y flatter les bas-instincts dans une logique de cinéma d’exploitation appuyant sur une note cathartique ou éventuellement plus putassière. C’est lorsque la vengeance vise un dessin plus complexe qu’elle donne les films les plus intéressant. Clint Eastwood en explorant tant dans sa carrière d’acteur que de réalisateur cette thématique en offre des variations captivantes, notamment lorsqu’il fustige un microcosme placé face à sa bassesse dans L’Homme des Hautes plaines (1973). Quentin Tarantino fait de la vengeance un outil de revanche sociétale et historique des oppressés sur les tyrans de tous bord, et en fait matière à regarder dans les yeux de grands maux contemporains. Ce penchant s’initia avec le diptyque Kill Bill (2003 et 2004) où il offre le versant défouloir, jubilatoire, puis désabusé et vain de cette vengeance. Cette dimension cathartique de série B prend un tour halluciné et féministe à travers l’approche clinique d’un Abel Ferrara dans le magistral L’Ange de la vengeance. Le contexte social inhérent à un pays, une ville, une région, offre un cachet unique versant anglais avec le formidable La Loi du Milieu de Mike Hodges, japonais dans La Vengeance d’un acteur de Kon Ichikawa (1963) ou français L’été meurtrier de Jean Becker.

Bonne lecture !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).