Select Page

Année : 1976

Calmos

Une folie comme seuls Bertrand Blier et le contexte des années 1970 pouvaient en produire.

Read More

Keoma

Western envoûtant, « Keoma » ferme la marche de sa propre lignée générique dans un dernier souffle mystique.

Read More

Network

Il y a près de quarante ans, Sidney Lumet dressait, avec « Network », un portrait dystopique de la sphère médiatique. Terrifiant.

Read More

Omar Gatlato

C’est une belle légende qui continue de surprendre. Omar Gatlato, c’est le titi algérois qui traine sa belle carcasse d’amant lunaire, un café goudron dans la main gauche et son transistor dans l’autre main. Au milieu, une pensée pour sa future bien-aimée…

Read More

Bugsy Malone

Pour son premier long-métrage, le britannique Alan Parker a opté pour une comédie musicale aux couleurs des films de gangsters américains des années 20. Utilisant les règles du jeu de la tarte à la crème (slapstick), véhiculées ici par les enfants de 8 à 12 ans, aux quels le film s´attache avec une certaine nostalgie.

Read More

Mikey et Nicky

Une errance dans les rues sombres du Philadelphie des années 70 incarnée par deux grands noms du cinéma américain, John Cassavetes.

Read More

On aura tout vu (1976)

François Perrin (Pierre Richard) , photographe désireux de se lancer dans le cinéma, a écrit avec son ami Henri, un scénario baptisé ‘Le miroir de l’âme’. Ne trouvant aucun producteur, François confie le scénario au producteur de films pornographiques, Bob Morlock (Jean Pierre Marielle). Ce dernier transforme le film en porno et le baptise ‘La vaginale’. Seulement, ce projet devient la source de conflit entre François et son amie Christine (Miou Miou)…

Read More

La Cicatrice (Blizna, 1976)

Premier vrai long et première oeuvre de fiction pour le cinéma de Kieslowski, La Cicatrice » est, avec « Sans fin », l´un de ses films les plus militants. »

Read More

Le Locataire (Roman Polanski, 1976)

Adapté de Topor, c´est-à-dire méfiant envers le genre humain dans son ensemble et maniant l´absurde, le grotesque et la cruauté, « Le Locataire » est de très loin le film le plus effrayant de Polanski. A revoir pour se souvenir qu´il n´y a pas que les exils suisses et les adaptations de Dickens dans la carrière du monsieur, et qu´un coeur nettement plus noir se cache dans sa filmographie.

Read More

Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976)

Quarante ans après sa sortie, « Taxi Driver » ressort en salles, en version restaurée. L’occasion de (re)découvrir l’obsédant Travis Bickle dans le New York paranoïaque des années 1970.

Read More

Cría cuervos

Les temps passés, les souvenirs… Le film entremêle les flashbacks, les déceptions, les moments de...

Read More

Taxi driver

C´est bien de cela dont il s´agit dans Taxi Driver : se battre contre soi-même. La dualité est le...

Read More

Mikey and Nicky

Une nuit dans le Philadelphie des années 70. Seul dans sa chambre d’hôtel, Nicky est terrifié. Il...

Read More

Marathon Man

A une époque où les USA subissent des retours de vestes phénoménaux (Vietnam, Watergate…), le thriller paranoïaque domine avec brio l´ensemble des productions. Des films comme Serpico, Les Hommes du Président, Conversation...

Read More

Monsieur Klein (Joseph Losey, 1976)

Joseph Losey parle : << En lisant des documents pour préparer ce film sur la façon dont furent livrés aux Allemands, au cours de la rafle de 1942, des milliers de juifs, je n´en cru pas mes yeux. Je ne me doutais pas d´une telle inhumanité de l´homme envers l´homme... >>

Read More

Le Juge et l’assassin (1976)

Reconstitution historique méticuleuse, « Le Juge et l´assassin » est aussi un manifeste politique contre l´instrumentalisation de la justice et le cynisme des puissants.

Read More

Affreux, sales et méchants

Un film désopilant, illustration parfaite du politiquement incorrect tellement dérangeant à l’époque. Une histoire minimaliste, construite comme une tragédie antique, qui va droit au but et n’épargne personne. Oreilles sensibles s’abstenir…

Read More

1900

« La fresque qu’était devenue 1900 est devenue un film interminable parce que certains films ont pour vocation de matérialiser les fantasmes enfantins de la toute puissance d’un réalisateur »

Read More