Select Page

Rêves et cauchemar

Article écrit par

Le Coin du Cinéphile s’immisce cette semaine dans vos rêves.

Le monde des songes est un prisme puissant propre à stimuler les possibilités du cinéma, propre à y véhiculer avec brio ses affects secrets et l’imagerie singulière. Les films traitant du sujet cherchent donc souvent un équilibre entre veine psychologique et expérimentations formelles. Le film noir s’aventure notamment dans le thème tel Alfred Hitchcock et sa séquence conçue avec Salvatore Dali dans La Maison du Docteur Edwardes (1945). Pour ce Coin du Cinéphile nous avons cependant plutôt privilégié les films explorant l’expérience esthétique, de laquelle vont découler les différents motifs analytiques (alors que c’est généralement l’inverse) dont la psychologie mais pas que. Le songe peut-être une projection de l’âme du créateur dans son versant torturé et explicite avec Providence d’Alain Resnais, ou sous-jacente et lumineuse pour Akira Kurosawa au crépuscule de sa vie quand il signe Rêves (1990). Le rêve peut également être une réaction inversée ou une lecture latente des maux d’une époque dans Le Magicien d’Oz de Victor Fleming (1939), échappée féérique au contexte de crise économique et de conflit mondial, ou encore Les 5000 Doigts du Docteur T de Roy Rowland et sa métaphore du communisme. Le récit enfantin est ainsi à la fois une fuite et un reflet des peurs enfantines. L’imaginaire foisonnant de créateurs tels que Satoshi Kon ou Ken Russell peuvent même nous emmener sur des territoires inédits où le rêve interroge sur l’origine de l’existence elle-même dans Au-delà du réel (1980), ou la nature poreuse du réel dans Paprika (2007).

 

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Federico Fellini.


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/clients/8d2910ac8ccd8e6491ad25bb01acf6d0/web/wp-content/themes/Extra-child/single-post.php on line 73

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.