Select Page

La Légende de Beowulf

Article écrit par

Porté déjà une fois à l’écran avec Christophe Lambert dans le rôle titre, le personnage de Beowulf méritait une adaptation de l’envergure du monde des Vikings avec sa cohorte de monstres et de héros. Et quoi de mieux que d’utiliser la « Motion capture » pour se détacher des contingences des films dits « classiques […]

Porté déjà une fois à l’écran avec Christophe Lambert dans le rôle titre, le personnage de Beowulf méritait une adaptation de l’envergure du monde des Vikings avec sa cohorte de monstres et de héros. Et quoi de mieux que d’utiliser la « Motion capture » pour se détacher des contingences des films dits « classiques », afin de placer l’acteur au centre du dispositif filmique et de le faire agir dans un espace tridimensionnel abstrait. De cette fine limite entre l’acteur de chair et d’os et sa transposition au sein de l’univers informatique, Robert Zemeckis, talentueux faiseur de rêves, entend bien révolutionner le cinéma pour un imaginaire total. Le résultat n’en est que plus décevant.

Depuis son Pole Express fonctionnant lui aussi avec la « Motion Capture », Robert Zemeckis a cru trouver la formule idéale pour aborder cette histoire au souffle épique nous rappelant l’âge d’or de Conan le barbare. Mais les intentions ne suffisent pas toujours, et, passée une scène d’introduction assez fluide, un seul mouvement de caméra définira les unités d’espace et de temps, le spectateur attendra avec impatience que l’engoncement numérisé des personnages à l’écran se brise pour enfin donner un rythme à cette aventure se voulant palpitante.

Le verdict est dur mais lucide : le réalisateur a beau enchaîner les séquences de bravoure, la sauce ne prend pas, et plus le film avance et plus l’impression se confirme que nous sommes face à un nanar involontaire. La virilité de Beowulf fait passer Schwarzenegger pour un poète, le monstre Grendel ressemble à un vomi numérique, et la caméra de Zemeckis semble paralysée par ce manque de « chair » à filmer.

Résultat : on se moque des péripéties du héros et on se demande comment personne n’a pu remarquer à quel point l’entreprise était catastrophique. La légende de Beowulf n’est pas un mauvais film, il est simplement raté. Mais dans les grandes largeurs.

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.