La Légende de Beowulf

Article écrit par

Porté déjà une fois à l’écran avec Christophe Lambert dans le rôle titre, le personnage de Beowulf méritait une adaptation de l’envergure du monde des Vikings avec sa cohorte de monstres et de héros. Et quoi de mieux que d’utiliser la « Motion capture » pour se détacher des contingences des films dits « classiques […]

Porté déjà une fois à l’écran avec Christophe Lambert dans le rôle titre, le personnage de Beowulf méritait une adaptation de l’envergure du monde des Vikings avec sa cohorte de monstres et de héros. Et quoi de mieux que d’utiliser la « Motion capture » pour se détacher des contingences des films dits « classiques », afin de placer l’acteur au centre du dispositif filmique et de le faire agir dans un espace tridimensionnel abstrait. De cette fine limite entre l’acteur de chair et d’os et sa transposition au sein de l’univers informatique, Robert Zemeckis, talentueux faiseur de rêves, entend bien révolutionner le cinéma pour un imaginaire total. Le résultat n’en est que plus décevant.

Depuis son Pole Express fonctionnant lui aussi avec la « Motion Capture », Robert Zemeckis a cru trouver la formule idéale pour aborder cette histoire au souffle épique nous rappelant l’âge d’or de Conan le barbare. Mais les intentions ne suffisent pas toujours, et, passée une scène d’introduction assez fluide, un seul mouvement de caméra définira les unités d’espace et de temps, le spectateur attendra avec impatience que l’engoncement numérisé des personnages à l’écran se brise pour enfin donner un rythme à cette aventure se voulant palpitante.

Le verdict est dur mais lucide : le réalisateur a beau enchaîner les séquences de bravoure, la sauce ne prend pas, et plus le film avance et plus l’impression se confirme que nous sommes face à un nanar involontaire. La virilité de Beowulf fait passer Schwarzenegger pour un poète, le monstre Grendel ressemble à un vomi numérique, et la caméra de Zemeckis semble paralysée par ce manque de « chair » à filmer.

Résultat : on se moque des péripéties du héros et on se demande comment personne n’a pu remarquer à quel point l’entreprise était catastrophique. La légende de Beowulf n’est pas un mauvais film, il est simplement raté. Mais dans les grandes largeurs.

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).