Select Page

Don Siegel

Article écrit par

A l’occasion de la rétrospective que lui consacre la Cinémathèque française, le Coin du Cinéphile est consacré à Don Siegel.

Don Siegel est l’un des derniers réalisateurs sortis de la méritocratie du système hollywoodien (monteur sur le classique Casablanca de Michael Curtiz notamment) avant l’émergence des Sidney Lumet, John Frankenheimer ou Robert Mulligan, qui débuteront à la télévision dans les années 50. Il allie donc l’efficacité et la versatilité du cinéaste hollywoodien dans une série B comme Ça commence à Vera Cruz (1949) tout en capturant les peurs contemporaines avec L’Invasion des profanateurs de sépultures (1956). Il s’avère un rénovateur du polar lorsqu’il revisite un classique du film noir avec A bout portant (1964) tout en redéfinissant le paysage urbain et le ton du genre à travers les antihéros de The Lineup (1958) et Inspecteur Harry (1971). C’est cette alliance de classicisme et de modernité percutante qui lui permet de mettre en valeur des stars en devenir comme Clint Eastwood ou Steve McQueen sur L’Enfer est pour les héros (1962). Le réalisateur profitera également du contexte plus permissif des années 70 pour livrer des œuvres âpres telles que Les Proies (1971). C’est la décennie qui le verra signer le film-somme qu’est l’excellent Tuez Charley Varrick (1973) mais aussi le beau chant du cygne de John Wayne avec Le Dernier des géants (1976).

 

Bonne lecture avant un Coin du Cinéphile consacré à la figure maternelle au cinéma !

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Théorème

Théorème

Fantaisie surréaliste, « Théorème » traduit sans ambiguïté les obsessions existentielles de Pier Paolo Pasolini. Artiste intellectuel maudit à l’homosexualité revendiquée, il livre ici un plaidoyer pro-domo. Un temps jugée scabreuse et taxée d’obscénité, la parabole filmique déclencha une controverse sulfureuse à sa sortie en 1968. Relecture de ce monument de provocation sous l’angle de la morale sexuelle.

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.