Wall Street

Article écrit par

Concept casse-gueule dynamité par la fougue maîtrisée d´Oliver Stone, « Wall Street » s´attaque au système économique moderne et à sa dangereuse virtualité.

Oliver Stone est l’un des rares réalisateurs à construire des longs métrages aux allures de blockbusters sur des sujets purement politiques. Explorant ainsi les facettes majeures de l’histoire de l’Amérique moderne comme la guerre du Vietnam, le 11 septembre et même le football avec L’Enfer du dimanche, le réalisateur de Platoon s’attaque dès 1988 au système économique de son pays.

Pas évident pour autant d’imaginer l’austère univers boursier traité comme un thriller flamboyant et haletant. Aborder un blockbuster avec des costards cravates qui papotent gros sous à l’aide dans un jargon économique de la pire espèce n’est en effet pas une mince affaire. Stone, didactique, relève le défi en restituant la vitesse grisante des échanges boursiers qui vont peu à peu créer de la dramaturgie au sein du métrage. La caméra, alors en perpétuelle rotation, suit l’ascension de Bud Foxx dans le monde de la finance, sous l’oeil vénéneux de l’investisseur trouble, Gordon Gekko. Cette figure de substitution d’une image paternelle corrompue qu’est Gekko (interprété par un Michael Douglas très fun) pour Bud inaugure un nouveau monde, celui de l’arrogance et du règne de l’ego.

Ce sont donc les enjeux humains qui dictent l’intrigue principale de Wall Street, notamment le triangle moral formé par Bud, son père vertueux et la figure faustienne de Gekko qui stigmatise le monde de ce que l’on appelait alors les « yuppies ». Ce classique conflit générationnel (toujours pratique pour évoquer une parcelle de modernité) va également s’immiscer dans la tournoyante mise en scène d’Oliver Stone à travers de perpétuels travellings autour des personnages. Cette esthétique du mouvement qui vient dynamiter un univers visuel a priori statique, vise plusieurs effets : les personnages sont dépassés par leurs actions respectives et l’univers instable qui les entoure. Exactement à la manière d’un parieur fou, Bud Foxx s’ennivre à la fois d’un monde où tout peut basculer à chaque seconde, de sa propre culpabilité qui ne fait que croître et enfin de son statut social en pleine explosion.
Berné par le tout virtuel des mouvements boursiers, le personnage interprété par Charlie Sheen sera vite ratrappé par les conséquences bien réelles de ses actes. Le scénario, au final linéaire et sans surprise, ne fait pas de Wall Street le thriller nerveux que l’on pouvait attendre mais construit plutôt une marche tragique qui n’est jamais plus touchante que dans ses scènes intimistes. La présence de Martin Sheen dans le rôle du père de Bud Foxx n’y est pas pour rien et renforce l’authenticité de la relation père-fils et l’intérêt du récit pour celle-ci. La satire de l’univers boursier paraît aujourd’hui bien polie et limitée aux vues des affaires spectaculaires qu’a connu le XXIe siècle, d’où certainement la motivation de Stone à reprendre le concept de son film et son cinglé de Gekko plus de vingt ans après. Wall Street : L’argent ne dors jamais pourrait en tout cas bien être l’un des divertissements les plus pertinents de l’année, s’il n’évacue pas la dimension humaine de son aîné.

Titre original : Wall Street

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 122 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).