Select Page

Le code a changé

Article écrit par

Une illustration magistrale, mais sans magie, de l´art de faire semblant en société. Danièle Thompson a déjà prouvé qu´elle pouvait faire beaucoup mieux. Cependant, les fans de la cinéaste devraient pouvoir s´en contenter.

Un film de Danièle Thompson est généralement un régal. Avec, récemment, Fauteuils d’orchestre ou auparavant La Buche, elle a fait montre d’un talent certain pour faire se croiser devant la caméra des destins en forme de point d’interrogation. Ce 21 juin, où la fête de la musique bât son plein, ML, l’avocate spécialiste du divorce, et son mari Piotr, s’apprêtent à recevoir leurs proches à dîner. Chacun de leurs convives, dont certains sont en couple, traverse une crise. Mais tout le monde essaie d’afficher une mine réjouie pour tenter de sauver les apparences. Cette soirée va indubitablement changer le cours de leur vie et, parfois, leur (re)mettre les pendules à l’heure. Un an, plus tard, ML et Piotr décident de remettre le couvert.

Le Code a changé est le récit, ponctué de retours en arrière, d’une année riche en rebondissements  et en révélations. L’intrigue se décline autour des thèmes de l’adultère, des histoires d’amour compliquées en général, de la maladie et de la tension familiale. En somme, de quoi éveiller et entretenir l’attention. En dépit du florilège de situations, la mise en scène reste focalisée sur l’évolution des personnages. Le scénario tient la route, de même que la réalisation, mais Le Code a changé laisse comme un arrière-goût d’insatisfaction. L’emballage – cette ambiance estivale chaude et colorée et cette riche galerie de portraits – est pourtant très alléchant. Mais le contenu manque de ce liant qu’apporte la magie. Une magie que même la merveilleuse bande originale de Nicola Piovani n’arrive pas à créer. Aussi, Le Code a changé se regarde seulement. Il ne laissera pas un souvenir impérissable en dépit de ce merveilleux casting d’acteurs, composé notamment de Dany Boon, de Karin Viard, de Patrick Chesnais ou encore de Patrick Bruel, dont les prestations restent les plus touchantes. Le dernier film de Danièle Thompson n’a pas bénéficié de cette alchimie que réussit habituellement à créer la cinéaste entre ses interprètes. Ce qui est d’autant plus paradoxal que leurs parcours restent très imbriqués. Le peu de profondeur des situations abordées et des effets de mise en scène, parfois trop faciles, font du dernier Thompson un rendez-vous cinématographique mitigé. Mais que les aficionados de la réalisatrice ne se privent pas pour autant du spectacle. Car sa patte est bien présente, même si le résultat est moins jouissif que d’habitude. Traiter des faux-semblants semble avoir fait perdre (de façon momentanée, espérons-le) à Danièle Thompson sa capacité à transmettre une vraie émotion.

     

Titre original : Le code a changé

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…