Jamais le premier soir

Article écrit par

La petite comédie pour filles de ce début d´année, sans prétention. Entre rires, cotillons et humour léger. Très léger.

Elle s’appelle Julie, elle vient de se faire larguer et elle pleure. Jusque là, rien de très original. Mais cette même Julie a deux copines, Louise et Rose, une blonde et une brune, prêtes à tout pour lui changer les idées – alors qu’elles ne sont pas vraiment les mieux placées. En effet, l’une vit une crise dans son couple au point de se séparer, l’autre couche outrageusement avec son patron – le séducteur Pascal Demolon, qui lui promet de quitter sa femme, un jour son moment viendra.

Le trio féminin, Alexandra Lamy, Mélanie Doutey et Julie Ferrier, que l’on imagine aussi vrai dans la fiction que dans la réalité, fonctionne bien. Elles sont très féminines – en atteste l’affiche du film, du gloss au rouge à lèvres – elles sont solidaires, drôles et modernes. Mais c’est sur les épaules d’Alexandra Lamy que repose Jamais le premier soir, un titre de film plutôt mal adapté à l’intention de réalisation. Melissa Drigeard, pour son premier long métrage, s’attaque aux phrases toutes faites adressées aux jeunes filles : tu ne coucheras point la première nuit – alors la deuxième ? Mais le film traite plutôt d’une bande de copines ouvertes et leurs amours complexes, torturés, instables. Comment trouver l’amour aujourd’hui ? Comment le garder ?

C’est avec humour et sous la forme d’une série de sketches et d’aventures loufoques que les copines s’aventurent sur le chemin difficile de la rencontre, de la séduction et même du sexe. Avec un fond théâtral, un peu moins cinématographique, la réalisatrice glisse sa caméra au plus près des émotions féminines, sans en faire trop ou pas assez. Cependant, le manque d’originalité et de pertinence dans certains dialogues vient casser l’esprit drôle du film. On s’écarte des personnages au lieu de s’identifier, on voit les failles d’une comédie sans grande prétention où l’on s’attache à des détails plutôt que simplement rire des situations.

 


© EUROPACORP-FEW-TF1 FILMS PRODUCTION/Pascal Chantier

Côté réalisation, chaque scène trouve un sens, une progression en images des sentiments de Julie, le personnage principal. Mise face à des hommes – que se soit l’excellent Julien Boisselier, le malicieux Jean-Paul Rouve et le très beau Grégory Fitoussi, Julie s’adapte, tel un caméléon amoureux, à son autre. Peu crédible, misant tout sur l’esprit bon enfant et le jeu de séduction, encore une fois l’identification au personnage ne se fait pas. On l’observe, on la trouve drôle ou on la critique. A croire que certains films sont comme certaines fois au lit : parfois convaincantes le premier soir, parfois mieux vaut attendre le deuxième coup.

Titre original : Jamais le premier soir

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 91 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.