Dommage que tu sois une canaille

Article écrit par

Une comédie trépidante et délicieusement immorale.

Paolo manque de se faire voler son taxi par deux petits voyous tandis que leur complice, la jolie Lina, joue de ses charmes pour attirer son attention. Paolo qui a décidé de livrer l’entremetteuse à la police change d’avis en chemin. Quelques semaines plus tard, le hasard réunit de nouveau les deux protagonistes, le chassé-croisé ne fait que commencer. Le scénario aux multiples péripéties fait la part belle au trio d’acteurs. Pour son premier grand rôle, Sophia Loren enivre autant par ses formes que par sa maitrise du verbe. Marcello Mastroianni impose, sans jamais forcer le trait, son personnage de séducteur candide. Le couple mythique du cinéma italien, dont c’est ici le début des onze collaborations, n’est ni plus ni moins cornaqué que par l’élégant et raffiné Vittorio De Sica. Et, lorsque le rire se retrouve associé au réalisme social, il ne faut pas chercher plus loin pour découvrir l’essence de la comédie italienne.

 

L’or de Rome

La force sociale du cinéma du italien repose, en grande partie, sur le regard passionné mais lucide, bienveillant mais critique, de ses grands maîtres sur le cadre de vie, ô combien pittoresque, de leurs récits. Blasetti s’inscrit dans le sillon des Rossellini, Fellini, Risi, pour ne citer qu’eux, dans son désir de considérer la ville comme un personnage à part entière. Au début des années cinquante, Rome, qui ne s’est jamais endormie, voit son énergie décuplée par le développement économique. Des bourgeois pour qui le train n’est envisageable qu’en première classe, les voitures qui pullulent dans les rues, les touristes anglais généreux en pourboire ; le récit est richement parsemé de rencontres et d’arrière-plans qui ne cessent de souligner l’effervescence et le potentiel de la capitale. Paolo peut espérer un avenir souriant après avoir obtenu un crédit pour acheter son taxi. Les yeux brillent pour les petits escrocs qui gravitent dans les lieux où l’argent circule.

L’optimisme ne saurait effacer les stigmates de la guerre . Paolo y a laissé ses parents. « La jeunesse d’aujourd’hui, c’est une génération perdue » constate amèrement Vittorio. Dans les ruelles, les enfants qui trainent en groupe ne perdent pas de temps pour chaparder la roue de secours du taxi. Dans la grande comédie italienne, la pauvreté n’est ni une tare ni une excuse, mais un amplificateur de l’hypocrisie d’un peuple qui cherche à masquer en permanence son avidité sous de grotesques apparences de respectabilité. Dans le foyer de Lina, de la grand-mère jusqu’aux petits enfants, les valeurs de la sacro-sainte famille italienne en prennent un sérieux coup sur la tête.

Gendarme et voleurs

L’existence de Paolo n’est guidée que par un seul principe : l’intégrité. Peu importe ses intérêts personnels, ce qui compte c’est que justice soit faîte. Comme tout bon Don Quichotte qui se respecte, l’homme suscite autant la sympathie que la moquerie. Son obstination augmentant au fur et à mesure de ses échecs, le scénario en devient d’autant plus cocasse, jusqu’à atteindre son paroxysme lors de la grande scène du commissariat. Une audience digne des meilleurs Screwball comedy hollywoodiennes, durant laquelle la raison y perd tous ses repères.

La justice n’est-elle pas qu’une simple vue de l’esprit ? Ne parlons pas de la morale qui n’engage que ceux qui y croient. Le titre original, Peccato che tu sia una canaglia, joue sur le double sens du mot peccato, qui peut désigner aussi bien un simple regret qu’un pêché. Les italiens utilisant ce terme à tout bout de champ pour discréditer le comportement d’un tiers. Pourquoi s’encombrer de tant de scrupules ? Lorsqu’il y a de l’argent en jeu, l’essentiel est que chacun y trouve son compte.Tous les accusés se trouvant relaxés, Paolo va devoir se rendre à l’évidence et se comporter enfin comme un romain digne de ce nom. Il lui reste encore à affirmer sa virilité pour légitimer sa demande en mariage. Après une énième provocation, Lina tend la joue pour recevoir une bonne paire de claques. En tout bien, tout honneur.

Titre original : Peccato che sia una canaglia

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.