Alien : Covenant

Article écrit par

Il est grand temps que Ridley Scott mette un terme à sa carrière.

Alien : Covenant. Énième déclinaison de la saga lancée par un certain Ridley Scott en 1979.
Ce même Ridley Scott qui achève la saga depuis Prometheus, et qui réitère avec sa pitoyable suite, Alien : Covenant.

Grandiloquence et vide

L’intelligence du premier Alien tenait dans sa mise en scène. Sobre, minimaliste, elle ne laissait apercevoir de la créature que des fragments, des ombres portées sur les visages horrifiés des membres de l’équipage tués un à un en hors-champ. Avec peu de moyens, Ridley Scott avait réalisé un chef-d’œuvre du huis clos intersidéral.
Or, à présent que le cinéaste est reconnu (en partie depuis sa renaissance en 2000 avec Gladiator), le bonhomme aligne des films de plus en plus coûteux, de plus en plus pompiers, et de plus en plus insipides. Prometheus (2009), qui marquait son retour à la saga Aliens, rompait radicalement avec l’esth-éthique austère du premier volet en s’enfonçant dans un faux questionnement sur les origines de l’humanité, rabâché à l’extrême par les créationnistes et autres lectures littérales de la Bible. Alors que le premier opus cadrait serré, dans des couloirs obscurs, Prometheus, et encore plus Alien : Covenant, font étalage de leur budget avec des plans démesurément larges, où l’équipage apparaît microscopique face aux constructions cyclopéennes. Alien : Covenant est dans la droite ligne d’Exodus : Gods and Kings (2014), la pire production de Scott : une poche de vide qui s’enfle inutilement.


Halte aux effets spéciaux numériques
 
Scott va jusqu’à rater la mise en scène du monstre, clef de la saga. Ou plutôt, il faudrait parler des monstres. Non content de louper ses cadrages, le cinéaste aligne les aliens au lieu de se concentrer sur une seule menace. Ce qui entraîne des aberrations de mise en scène : le caractère horrifique qui avait fait le succès de la saga s’efface complètement devant un simple film gore, où l’équipage et les créatures se contentent de se massacrer les uns les autres.

Pire encore, le monstre n’a plus rien de monstrueux. Une seule séquence, si peu exploitée, aurait pu apporter un renouveau à la figure de l’alien : le cabinet anatomique de David (Michael Fassbender) où s’étalent des créatures toutes plus étranges les unes que les autres. Si elle avait été prolongée, cette séquence aurait pu apporter un nouvel éclairage sur les aliens. Or, Scott fait exactement ce qu’il ne faut pas faire dans un cinéma d’horreur : filmer la créature dans son ensemble, en plan large. Comment voulez-vous avoir peur d’un monstre de synthèse, tellement lisse qu’il ennuie ?

Encore une fois, les effets spéciaux numériques ont montré leurs limites. Trop photoréalistes, ils nient les aspérités inquiétantes des corps, ces formes tourmentées à partir desquelles l’imagination du spectateur fantasme des choses malveillantes. Disons-le clairement : les effets spéciaux numériques, dans un film d’horreur, tuent l’effroi.


Ridley Scott, arrête le cinéma
 
Alien : Covenant marque la fin de l’espoir que l’on pouvait placer en Ridley Scott. On avait eu une petite surprise avec Seul sur Mars (2015), où, contrairement à ses films précédents, il revenait à une atmosphère plus humaine, comique et décalée.

Mais ce n’était que reculer pour mieux sauter dans le vide. Avec Alien : Covenant, Scott retourne aux vieux démons pompeux qui le hantent depuis Gladiator et la série de navets qu’il a enchaînés par la suite. Le cinéaste n’a plus aucune imagination. Presque plan pour plan, Alien : Covenant constitue un auto-plagiat de Prometheus. Nous avons droit aux mêmes séquences de traque des aliens, aux mêmes créatures, aux mêmes morts sanglantes ; on a même le droit de voir deux Michael Fassbender se contempler et s’embrasser, comme si le nombrilisme du film n’était pas assez clair.

Alors, avant que les studios ne lâchent définitivement un cinéaste constamment attaqué par la critique à chaque nouvelle bouse, il est temps que Ridley Scott mette un terme à sa carrière, et emporte avec lui le peu de dignité qu’il lui reste.

 

Titre original : Alien: Covenant

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 122 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).