Bird People

Article écrit par

Un film qui s´envole tout droit dans un hôtel de Roissy, avec deux destins croisés en plein lâcher prise…

Pascale Ferran est le genre de réalisatrice capable de nous porter dans un univers surnaturel en un coup de caméra, avec facilité et délicatesse. Filmer l’aéroport de Roissy, ses alentours et ses contours, ses visages et ses travailleurs semblent d’une évidence naturelle pour la réalisatrice respectée de Lady Chatterley (2006) ou encore Petits Arrangements avec les morts (1994). Et ce titre, Bird People, est en accord parfait avec l’intention de réalisation que s’est fixée Pascale Ferran pour ce nouveau long métrage. Des gens tout d’abord, que l’on approche, que l’on scrute, que l’on suit dans un hôtel Hilton à deux pas des pistes et des petits lapins qui s’y promènent chaque soir. Des oiseaux, des moineaux plus précisément, qui viennent réclamer quelques miettes aux fenêtres de l’hôtel ou bien qui se retrouvent en groupe pour voler à des plus belles choses.

Pour Bird People, Pascale Ferran a fait un excellent choix de casting. Anaïs Demoustier joue une femme de chambre, discrète mais caractérielle, lunaire, rêveuse, prête à lâcher ses études mais pas prête à le dire encore à ses parents. Tous les jours se ressemblent pour elle, d’un couloir à une chambre, de sa supérieure à ses collègues du même âge – sa copine à l’écran n’est rien d’autre que Camélia Jordana, du télé crochet "Nouvelle Star". Ou encore Roschdy Zem en réceptionniste, prêt à dépanner d’une cigarette le premier client venu. Et ce premier venu, c’est Gary Newman – Josh Charles dans la vie, de la série The Good Wife – excellent acteur que l’on s’étonne de voir dans un film français.

 


L’équipe de Bird People au Festival de Cannes 2014 / © BORDE-MOREAU / BESTIMAGE  

En sélection Un Certain Regard au Festival de Cannes de cette année 2014, Bird People n’est autre que le reflet de nos vies, cette ritournelle du quotidien que l’on aimerait changer, modifier, secouer. À travers le destin de ses deux personnages, la réalisatrice montre que tout est encore possible, dans nos vies, même quand celles-ci paraissent déjà lancées. Que se soit pour Garry et son travail stressant, ses voyages prévus à Dubaï, Paris, sa femme pressante. Ou bien pour Audrey, dont les journées à faire les lits et passer l’aspirateur se ressemblent, ne laissant que peu de place à l’amusement ou à la vie privée. 

Pour la musique du film, Pascale Ferran a fait appel à une autre "Nouvelle Star", Julien Doré qui reprend La Javanaise de Serge Gainsbourg. Comme un gimmick, cette chanson revient à plusieurs moments de Bird People nous laissant comprendre l’attention toute particulière de la réalisatrice pour séquencer son long métrage, pour montrer que malgré un coup de tête, une scène surnaturelle ou une rencontre, tout recommence, tout se fait nouveau si l’on pousse un peu la destinée.

C’est le regard de Pascale Ferran qui touche le plus. Elle pose sa caméra sur des détails du quotidien, avec précision et suite logique. Que se soit un oiseau, un homme, une femme, un enfant, la réalisatrice arrive à capter le moment présent, capturer le temps pour un cinéma d’auteur, un cinéma qui respire, qui montre, qui observe. On se pose des questions, on s’interroge sur ce qui est en train de se dérouler, sans forcément avoir un chemin tout tracé mais avec poésie et volupté. Pascale Ferran est capable, par le cinéma, de nous montrer le réel, le terre sur laquelle nous vivons, nous aimons, nous mourrons.

À relire sur notre site,le rapport du Club de 13, sur l’engagement de la réalisatrice Pascale Ferran.
 

Titre original : Bird People

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.