Select Page

Nymphomaniac – Volume 2

Article écrit par

Deuxième partie inconfortable du nouveau Lars von Trier, où la sexualité est matière à une réflexion pas toujours subtile.

“I can’t feel anything”. Le premier volume de Nymphomaniac laissait Joe vidée de toute satisfaction sexuelle, incapable de ressentir le moindre plaisir, sa “chatte” (elle assène le mot régulièrement, comme pour détacher son anatomie de sa personne) n’étant plus qu’un réceptacle aux nombreux hommes qui traversent sa vie avec, comme but unique, celui de recouvrer les sensations perdues. Joe a vieilli, s’est désormais installée avec Jérôme, avec lequel elle a eu un petit garçon, Marcel, qui souffrira fatalement des vélléités sexuées de sa mère. Le sixième chapitre qui ouvre cette seconde partie, “The Eastern and the Western church (the silent duck)” est le plus réussi, et occupe une bonne moitié du film. Retour sur la chambre de Seligman et sur la discussion, qui reprend le récit pile là où son “invitée” l’avait laissé. Bond en avant, Joe devient adulte, Charlotte Gainsbourg reprend le rôle de Stacy Martin au cours d’un faux raccord idéal qui ne nuit en rien à la mise en images de la narration. Les premiers instants sont doux, Jérôme et Joe amoureux, mais la complicité des corps s’est émoussée.

Que le couple ne se rencontre plus aussi bien qu’avant physiquement ne vaut d’abord pas comme invalidation de la viabilité d’une vie à deux. Jérôme a “hérité d’un tigre”, qu’il lui faut “bien nourrir” : en d’autres termes, il demande à Joe d’aller voir ailleurs sans renoncer à leur vie sexuelle à eux. La conversation est lucide, bien écrite, et permet à Lars von Trier d’amorcer la suite, à savoir la mise en scène frontale de la pathologie de son héroïne. Car Joe va donc voir ailleurs, trop d’hommes à la fois, trop souvent, trop loin pour Jérôme qui, dévoré par la jalousie, finit par partir. Cette question de la jalousie, passionnante au sein d’une relation de non-exclusivité consentie, le cinéaste n’en fait malheureusement pas grand chose, trop affairé à dresser la liste des schémas que Joe va désormais pouvoir appliquer pour tenter de “retrouver [sa] sexualité” : triolisme, saphisme, sado-masochisme, entre autres. Car c’est bien la question féminine qui l’intrigue – amorcée par Antichrist (2009) et Melancholia (2011), elle trouvera ici sa justification en toute fin de parcours.

 

Si les expériences de Joe sont si douloureuses, si inacceptables, c’est avant tout parce qu’elle est une femme, que la société est mysogine et qu’on ne lui autorise pas les “déviances” qu’on aurait moins de mal à tolérer chez un homme. L’argument est tenable, quasi inattaquable. Problème : Lars von Trier, en tranchant assez radicalement sur la question, interdit à Joe toute possibilité d’affirmation de volonté, voire d’amour de ses appétits, qu’elle énonce pourtant au cours d’une réunion d’addicts sexuels troussée de manière trop caricaturale. Pire : il lance par l’intermédiaire de son personnage des pistes de réflexion absolument fondamentales (l’interdiction de l’usage de certains mots, comme celui de “nègre”, nuit-il à une vraie démocratie? la pédophilie est-elle, non consommée, tout à fait condamnable?), mais sans qu’elles prêtent place à un vrai débat, les distillant plutôt comme petites provocations en pure perte.

C’est dans sa carrière professionnelle, “dangereuse” et “illégale”, que le réalisateur donne à Joe la place de reprendre le dessus, et son film est dans ces moments très beau, non seulement parce qu’il explore de nouvelles perspectives cinématographiques inédites dans son cinéma (le polar) mais aussi parce qu’il émet l’hypothèse d’une parfaite égalité homme-femme, et d’un féminisme dénué de tout cynisme. Sa mise en scène y gagne aussi en profondeur, dans des plans sublimes qui affirment l’éventualité d’une lueur d’optimisme, d’un quelque chose à gagner de ce voyage intérieur (une colline à gravir, une parcelle de soleil levant sur le mur d’en face). Jusqu’à un dénouement parfaitement désespéré, d’une misanthropie à faire peur qui, s’il est un monument d’efficacité, empêche in fine toute capacité de rédemption et réitère un discours victimaire qui, même si bien sûr entendable, rend Nymphomaniac très mal aimable.

Titre original : Nymphomaniac : Volume II

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 124 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Europe 51

Europe 51

Lion d’Or à Venise en 1952, « Europe 51 » est une parabole mystique, une quête spirituelle où l’héroïne transcende sa condition bourgeoise pour combler la perte douloureuse de son fils. Un mélodrame édifiant en version restaurée.

Le Jardin des Finzi Contini

Le Jardin des Finzi Contini

« Le jardin des Finzi Contini » est un film sur la mémoire suspendue et le temps retrouvé. C’est une œuvre impérissable qui est le véritable chant du cygne du « commandatore » Vittorio de Sica. Eblouissant d’émotion contenue dans sa version restaurée.