Select Page

Livre « The Wire : reconstitution collective »

Article écrit par

Co-édition par Capricci et Les Prairies ordinaires d’un ouvrage collectif consacré à la plus incontournable série de tous les temps : « The Wire ».

La plus grande série télé de l’histoire s’est éteinte depuis plus de trois ans déjà, et c’est peu dire que nous ne nous en sommes toujours pas remis. Aussi, la parution chez Capricci et Les Prairies ordinaires de cet ouvrage collectif consacré à The Wire (dirigé par Emmanuel Burdeau et Nicolas Vieillescazes) est-elle l’occasion de se replonger avec appétit dans le bain de son écriture et ses questions morales à la complexité sans rivale. Car oui, la série de David Simon et Ed Burns aura, tout au long de ses cinq saisons et soixante épisodes, brossé comme nulle autre fiction contemporaine un portrait de l’Amérique – celle des années Bush – dont la force première serait étrangement d’édifier son réalisme sur des contradictions. Toute circonstance, dans The Wire, si elle s’offre dans l’apparente évidence d’une retranscription à peine romancée d’éléments issus d’une investigation préalable dans les quartiers pauvres de Baltimore (dont Simon et Burns ont tiré un livre en 1997, The Corner : A Year in the Life of an Inner-City Neighborhood, adapté en 2000 en une mini-série de six épisodes préfigurant le chef-d’œuvre à venir), reste comme naturellement sujette à caution. Le nœud même de cet ample récit est ainsi, comme le soulignent les spécificités de chaque saison, le dessin d’une exhaustivité et une justesse n’en pensant pas moins.

C’est par le biais du décryptage méthodique et exigeant des multiples inversions et redistributions de cartes ayant fait le sel de chaque saison, et par conséquent de la série entière, que chaque texte de cet ouvrage, en même temps qu’il propose un regard propre à chaque auteur, affirme au final sa cohérence. D’un principe simplissime (un texte par saison, une ou deux plumes différente(s) par texte + « Alll in the Game », une forme de synthèse du philosophe Matthieu Potte-Bonneville en guise de bonus), découle au fil de la succession des chapitres l’impression d’un relais aveugle, assez proche du cadavre exquis. Le premier chapitre (Saison 1 : « Fuck »), signé par Emmanuel Burdeau, travaillant à démontrer l’illusion du réalisme de The Wire, la dimension de fantasme accompagnant tout fait a priori avéré ne manquera pas ainsi d’entériner l’observation de Mathieu Potte-Bonneville autour du caractère foncièrement ludique de cette fiction, dont une mémorable scène d’explication par D’Angelo Barksdale des règles du jeu d’échecs, dès la première saison, serait la toute relative métaphore.

Quelque chose circule également entre l’évocation par Jean-Marie Samocki (Saison 2 : « Sans appel ») des destinées tragiques mais si prévisibles du même D’Angelo et de Frank Sobotka, l’émouvant docker syndicaliste de la saison 2, condamnés en quelque sorte par la prégnance de leur identité (un jeune homme ne pouvant faire table rase de son passé sous les ordres de son oncle, le terrifiant Avon Barksdale ; le dernier visage d’un prolétariat déjà mort, fatalement voué à l’oubli) et celle par Kieran Aarons et Grégoire Chamayou (Saison 3 : « Contradictions ») de l’entreprise fatale de Stringer Bell de vouloir « blanchir » son affaire. De même, la très juste relève par Philippe Mangeot (Saison 4 : « Genèses ») des faux signes d’évolution de l’intrigue, suite à l’apparition de nouveaux personnages (le nouveau maire démocrate de Baltimore, Tommy Carcetti, prenant le relais de Royce, idéaux et beaux discours à l’appui ; la prise de pouvoir du ghetto par un Marlo Stanfield certes plus expansif que le duo très « force tranquille » Bell-Barksdale), la disparition provisoire (inoubliable Jimmy McNulty) ou définitive (Stringer Bell) de têtes d’affiche répond à sa propre interrogation quant au leurre des supposées correspondances… mais aussi au décryptage par Nicolas Vieillescazes (Saison 5 : « Bouclage ») de ces destinées collectives, et surtout de la conclusion peut-être un peu conventionnelle de la série (point de vue évidemment discutable).

Comme l’indique le titre, The Wire : reconstitution collective se veut avant tout un travail d’observation, d’exhumation « après les faits » des signes de grandeur (et aussi des éventuelles limites) de la série, à la grâce de la juste distance permise par le temps écoulé depuis le dernier épisode. Il n’est pas impossible de trouver par endroits – voire dans sa globalité – le livre peut-être trop lucide, les auteurs – que l’on devine dans leur ensemble plutôt clients de The Wire – pas assez partageurs quant à leur rapport intime avec la série. Certains passages autours des mimiques récurrentes des personnages (les jeux de sourcils irrésistibles de Bunk et Daniels, notamment) laissent entrevoir ici et là la perspective d’une approche un peu plus affective de la série, qui, au vu de la plus qu’évidente connaissance de chacun de ses moindres « fils », aurait pu rendre le livre plus chaleureux et émouvant. Mais cette exigence de distanciation est précisément le moteur même du projet. Grande fiction balzacienne, The Wire reste l’une des séries les plus chimiquement politiques que l’on connaisse. Aussi serait-il assez paradoxal de refuser au travail de son observation la restitution du doux vertige de ses ambivalences.

The Wire : Reconstitution collective, sous la direction d’Emmanuel Burdeau et Nicolas Vieillescazes, Les Prairies ordinaires / Capricci


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.