Livre « Philippe Garrel, en substance » de Philippe Azoury

Article écrit par

Premier essai paru en France sur une oeuvre essentielle.

C’est une connaissance intime du cinéma de Garrel qui anime l’écriture de Philippe Azoury dans cet ouvrage-somme consacré au cinéaste. Multipliant les entrées et les rappels au sein d’une structure en trois parties (dont un entretien central, véritable pivot faisant coulisser la lecture d’un temps à un autre), le texte prend la mesure de l’œuvre, en dessine les contours, en explore les sinuosités, en clame la singularité, tout en livrant un éclairage sur ce qui fait moteur de manière fondamentale dans ce cinéma-là. A savoir une aspiration du cinéma pour la vie, et de la vie pour le cinéma, un échange constant où l’œuvre se nourrit de Garrel, et où Garrel retourne puiser dans sa pratique de cinéaste. Où l’étude du sentiment est le cœur du film, mais une étude non clinique, plutôt une transcription poétique. « Son cinéma a fini par tenir, pour une génération, la chronique de l’éternel et du circonstanciel du sentiment amoureux, voire celle de la sensation d’être au monde » (1). Les développements sur le visage comme motif, tout comme les remarques sur la lumière, rappellent à quel point Garrel a su articuler cette dimension avec les puissances sensitives du cinéma.

« Pour que naisse le film, il lui faut d’abord se révéler, sortir de la nuit d’avant le cinéma. » Belle intuition ouvrant le texte d’Alain Philippon, L’Enfant-cinéma, publié dans les Cahiers en 1983 au moment de la sortie de L’Enfant secret (avec lequel l’ouvrage d’Azoury présente une filiation évidente) laissant sourdre ce mouvement garrélien, à rebours, opéré vers deux formes d’archaïsme (psychisme et cinéma) pour y puiser de la matière. Il y a dans ces quelques mots à la fois une fascination pour la dimension chimique du cinéma, et un espace qui relie les accrocs mécaniques d’un filmage et d’une projection à la manivelle avec les séductions du rêve. Ce regard pour partie tourné vers l’origine, qui laisse quelque chose de l’origine revenir jusqu’à lui, Philippe Azoury l’accompagne également en lui adjoignant une dimension visionnaire, une lucidité sur son temps qui s’illustre notamment par la manière dont Les Amants réguliers (2005) semble, dit-il, à la fois dire quelque chose de 68 et anticiper les mouvements étudiants de 2006.

Ce qui est en jeu de manière transversale, dit Philippe Azoury, dans la trentaine de films constituant l’œuvre de Garrel, fondant son homogénéité esthétique, est une certaine appréhension du temps : temps éprouvé, travaillé et rendu sensible à l’excès par des matériaux visuels et sonores. Temps courbé, temps de la reprise, que ne cessent de venir repeupler des figures aimées et disparues.
 
 


Philippe Garrel, en substance
de Philippe Azoury, éditions Capricci, 254 pages, en librairie depuis le 28 mars 2013.

(1) p.32


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.