Select Page

Le Fou de guerre (Scemo di guerra)

Article écrit par

Dino Risi occupe une place particulière dans la cinématographie italienne. Certaines de ses œuvres, comme Une Vie difficile (1961), La Marche sur Rome (1962), Le Fanfaron ou encore Les Monstres (1963) sont des réussites éclatantes, tandis que d’autres, par exemple Le Bon roi Dagobert (1984), sont des navets monumentaux. Risi réalise en 1985 Le Fou […]

Dino Risi occupe une place particulière dans la cinématographie italienne. Certaines de ses œuvres, comme Une Vie difficile (1961), La Marche sur Rome (1962), Le Fanfaron ou encore Les Monstres (1963) sont des réussites éclatantes, tandis que d’autres, par exemple Le Bon roi Dagobert (1984), sont des navets monumentaux. Risi réalise en 1985 Le Fou de guerre, un film inattendu produit par Claude Berry. La narration débute en 1940. Le sous-lieutenant Marcello Lupi (Beppe Grillo) est un médecin qui désire se spécialiser en psychiatrie. Il est incorporé dans la 31e section du Service de santé de l’armée italienne, stationnée en Libye. Il y rencontre le capitaine Pilli (Coluche), dont les troubles psychologiques le passionnent rapidement.

Dino Risi, réputé pour être le spécialiste de la comédie italienne, réalise un vaudeville dont l’intérêt principal est de présenter une féroce satire de l’armée. Les militaires sont allégrement caricaturés à travers une galerie de personnes pittoresques. Le soldat sarde est un berger analphabète, le commandant Belucci (Bernard Blier) est obsédé par l’idée de retourner à Rome pour retrouver sa jeune épouse, tandis que Pilli, cleptomane et fétichiste, est le personnage le plus farfelu de la troupe. Il collectionne les bouchons de limonade, aime danser le tango avec des hommes, fait l’amour avec les mouches, se déguise en fatma pour amuser ses compères et exerce accessoirement la profession de chirurgien.

L’institution militaire est constamment tournée en dérision. Les officiers sont présentés comme des cocus et des paresseux. Certains dialogues restent d’anthologie. Marcello regarde la photographie de l’actrice italienne Alida Valli. Pilli exprime alors son admiration : « C’est ma femme préférée, après ma mère bien évidemment, et après le Duce ! ». On retrouve également les gags scatologiques que Risi emploie régulièrement dans ses films. Les officiers ont été conviés à la table du seigneur de l’oasis. Pilli a cependant été consigné par ses camarades et ne peut participer au repas. Pour se venger de cet affront, il fait livrer au seigneur un flan, qu’il a confectionné à partir de ses déjections. On se souvient, dans Le bon roi Dagobert, que le monarque (également interprété par Coluche) demandait à ses favorites de renifler l’odeur répugnante de ses selles du matin.

Parfois, quelques nouvelles de l’offensive italienne sur le front libyen parviennent aux soldats, qui ne semblent pas pressés de prendre part au combat. Un événement notable se produit néanmoins lorsque Pilli remplace le commandant Belucci, ravi d’être enfin muté à Rome. Le scénario donne alors au personnage certains traits tyranniques qui rappellent la figure de Caligula. Un matin, le nouveau commandant se rend compte que le chacal, qui hurlait toutes les nuits autour du camp, a été abattu. Sa colère est terrible, et il ordonne que la bête soit enterrée avec les honneurs militaires. Cet épisode est une référence fameuse au cheval que Caligula voulut faire consul. Pilli, à l’instar de l’empereur romain, désacralise un privilège normalement réservé aux hommes de valeur. Il révèle ainsi la vacuité des artifices militaires, n’hésitant pas non plus à malmener ou à humilier les plus gradés.

L’absurdité de la guerre est directement évoquée lorsque Marcello réintègre le front. Un travelling horizontal suit le protagoniste qui sort d’une tranchée, puis la caméra descend et montre en plongée un alignement de corps anonymes qui sont recouverts. Seules les bottes des soldats sont apparentes. Les Italiens meurent ainsi inutilement loin de leur patrie d’origine. Pour la gloire d’un régime agonisant…

Titre original : Scemo di guerra

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 108 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.