Le Capital

Article écrit par

Déguisé en banquier, Gad Elmaleh fonce sans se retourner dans le joli mur que lui a construit Costa-Gavras.

Autour d’un écran tactile, Marc Tourneuil (Gad Elmaleh) explique à sa femme Diane (Natacha Régnier) ce qu’est une OPA. Il est tard, tous les deux sont fatigués et en grand requin des finances qu’il est, il va donc simplifier au maximum. En trois dessins, en trois petites animations, l’affaire est entendue : on vient de lui parler comme à une idiote et pourtant Diane part se coucher moins bête. Dans cette adaptation du roman éponyme de Stéphane Osmont, la vulgarisation est de chaque plan. Derrière chaque objet dans le cadre se cache la volonté du cinéaste de tout simplifier, de tout mettre à notre niveau, nous spectateurs chez qui l’usage de petits dessins est obligatoire. Blackberry, Iphone, Ipad, Sony, YouTube, webcam (…), la liste est longue de tous les "bidules" que Costa-Gavras utilise non comme placement de marque, mais comme éléments familiers nous donnant une attache au réel. Son histoire est si mal amenée – l’ascension irrésistible en temps de crise d’un banquier prêt à tout mais dont on ne sait rien -, tellement déconnectée de la réalité que le cinéaste passe son temps à filmer tous ces nouveaux écrans comme si leur seule présence suffisait à ancrer son film dans notre époque. Si rien ne marche, si le tout à l’allure ringarde de celui qui tente coûte que coûte d’être dans "le coup", de cette vulgarisation dont se gargarise le film ne naîtra rien d’autre que du vulgaire.

Le Capital va au plus simple, fait au plus vite sans se demander un seul instant si quelqu’un le suit encore. On comprend tout et rien à l’intrigue et toutes les figures qui apparaîtront à l’image – féminines pour la plupart – feront des pieds et des mains pour y exister ne serait-ce qu’un instant ; quitte pour cela à tapiner. Pour qu’une talentueuse analyste financière (Céline Sallette) intéresse Marc, il faut qu’elle passe la langue au ralenti sur ses lèvres humectées de lait. Si sa femme est très rapidement évincée – pull en laine et maquillage approximatif –, c’est que la sublime top-model (Liya Kebede) qu’il traque en jet privé à travers le monde est aussi belle qu’un paquet de stock-options. On ne s’attache à aucune de ces femmes car Costa-Gavras n’est jamais prêt à faire de son personnage principal un vrai anti-héros. Il s’amuse beaucoup trop des horreurs que commet Marc pour permettre à celles qui l’entourent d’avoir dans son écran un peu de souffle. Lorsque Diane demande à son mari ce qu’est la conjoncture, on sent dans la réponse – "Une grosse pute !" – que le cinéaste jouit de ce geste daté faussement provocateur reliant crûment fric et sexe. Alors que la première partie a tout de "la crise pour les nuls", la seconde arrive dans une confuse gymnastique à relier l’état de l’économie mondiale à ce qui se passe sous la ceinture du personnage de Marc. La conclusion est dans les deux cas la même : rien ne va plus. Ne cernant jamais vraiment les intentions de Costa-Gavras, quand Gad Elmaleh se retourne dans un dernier plan en direction du public pour lui adresser une conclusion digne du plus simpliste conte moral, on ne peut s’empêcher de penser à Obélix et Compagnie et à la phrase abrutissante qui vient y conclure chaque démonstration alambiquée : "Toi y en a compris" ?

Titre original : Le Capital

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 113 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.