Select Page

L’Aventure de Madame Muir

Article écrit par

Culte ? Grand Cinéaste ? Immense acteur ? Belle histoire ? Oui, mais L’Aventure de Mme Muir, c’est surtout Gene Tierney, comédienne belle comme…?

Il y a longtemps de cela, un jeune homme passionné tomba éperdument amoureux d’une lady. Une femme qui hante les esprits, qui les torture, les malaxe et les dorlote. De beaux lendemains, de belles pépites de visions optimistes qui sur fond de noir et blanc granuleux adoucissaientt les moeurs de cet héros au grand coeur. Il se baladait au fil des ruelles sans oser dévoiler la raison de son bonheur, caressant l’idée un jour de flirter avec ce rêve impossible. La jeune demoiselle était morte depuis des décennies et son fantôme claquait le visage doux de ce passionné maladroitement amoureux que l’on appela : le cinéphile.

Gene Tierney est seule, sa fille de  dix ans à ses côtés. Veuve, elle décide de partir, d’aller fureter quelque part où elle pourrait passer inaperçue. Dans un village près de la mer, elle erre ici et là, refusant de voir du beau monde qui ne comprendrait pas sa douleur, celle d’exister. Surgit de nulle part un capitaine de navire bougon, irrascible et légèrement mysogine. Interprété par un truculent Rex Harrisson (acteur fétiche de l’auteur du film, Joseph L. Mankiewicz), ce lointain cousin de notre Haddock national, va chavirer le coeur incertain de cette veuve joyeuse. L’idée grandiose du scénario, c’est de remplacer la chair du bellâtre par du vent. Mme Muir est amoureuse d’un fantôme.

Classique des Classiques, L’Aventure de Mme Muir est une oeuvre qui continue de se bonifier. Pas une ride, pas une seule fissure dans une construction narrative solide comme l’intelligence de Mankiewicz, pas l’once d’un cabotinage excessif de Harrisson, non, tout est beau dans ce film. Et puis Gene Tierney resplendit dans chaque plan, promenant sa grâce sans limite. Il est intéressant de voir comment l’auteur se borne à la filmer comme s’il lui déclarait sa flamme. Et le jeune homme qui n’en finit pas de remercier ce cinéaste de montrer un semblant de ce que peut être la beauté quand elle est bien dessinée.

Chef-d’oeuvre tout simplement !

Titre original : The Ghost and Mrs. Muir

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.