Select Page

La Petite chambre

Article écrit par

Filmer la tendresse, ou la rencontre bienfaitrice entre une femme meurtrie et un vieillard en colère.

« Aujourd’hui, l’âge ingrat ne se réfère plus à l’adolescence mais au quatrième âge ! », déclarent avec un humour teinté de gravité les deux réalisatrices Stéphanie Chuat et Véronique Reymond à propos du sujet de leur premier long métrage. Sans être un état des lieux de l’abandon des personnes âgées dans les mouroirs de notre société, La Petite chambre est le modeste récit d’une résistance, du refus de la solitude et de la mort comme seuls horizons.

Edmond est seul, vieux et méchant, tandis que sa nouvelle infirmière, Rose, se remet difficilement de la perte d’un bébé mort-né. D’un argument psychologique assez grotesque – Rose, en mal de maternité, prend sous son aile fragile le vieux monsieur, qui, dans son âge avancé, a régressé dans un état proche de l’enfance –, les réalisatrices parviennent à extraire un joli face à face. Michel Bouquet, pas vu au cinéma depuis Le Promeneur du champ de Mars, semble prendre beaucoup de plaisir à martyriser son fils, tel un tonton Daniel qui lutte avec ses pauvres moyens pour ne pas finir en maison de retraite.

Face à lui, Florence Loiret-Caille donne assez de sécheresse et de dureté à son personnage pour que tout cela ne tourne pas au mélo. Car si le film n’a que peu de qualités de mise en scène, il a au moins le mérite de permettre au jeu quasi magnétique de l’actrice de s’enrichir encore. Sa diction presque gouailleuse et son énergie butée, qui explosaient déjà dans La dame de trèfle de Jérôme Bonnell, trouvent ici un équilibre chez un personnage mû par une tendresse pour son compagnon, et une affection naissante pour un vieil homme. Sans véritable ampleur narrative ni grande ambition formelle, La petite chambre fait quand même honneur à ses comédiens (Eric Caravaca notamment, toujours bon), leur servant quelques belles répliques et se hissant sans chichis au rang de drame intimiste plutôt touchant.

Titre original : La Petite Chambre

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 87 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…