Select Page

Kyss Mig – Une histoire suédoise

Article écrit par

Lisse comédie dramatique sentimentale, suédoise et lesbienne.

Douze ans après Fucking Åmål (Lukas Moodysson), Kyss Mig est le dernier film suédois en date à s’intéresser à l’amour entre femmes. Exit les jeunes filles en fleurs : ici, elles sont trentenaires et ont plutôt bien réussi, s’habillent en Acne des pieds à la tête et meublent leurs apparts du centre de Stockholm chez Bang & Olufsen. Mia s’apprête à se marier avec Tim. Dans la vaste demeure familiale de son père, qui fête son anniversaire et avec qui elle a du mal à communiquer, elle annonce officiellement ses fiancailles. Mais à la nuit tombée, elle embrasse Frida, la fille de la nouvelle épouse de son père. C’est compliqué, elle n’est pas lesbienne – pourtant, elle sent bien qu’il se passe quelque chose, qu’il y aura un avant et un après. Voilà pour le postulat de départ de Kyss Mig, “inspiré d’une histoire vraie” (ou de mille, non ?), qui sent bon l’été scandinave et ses journées qui n’en finissent jamais, le mobilier en bois aux lignes claires et les non-dits familiaux.

Kyss Mig est tourné à l’appareil photo, sans doute au Canon 5D : du coup, c’est visuellement joli et lumineux. Que des plans fluides, une lumière sublimée de jour comme de nuit, Kyss Mig est aérien et solaire. Ça ne fait pas un film, et au bout du troisième rebondissement, répété à l’envi (Mia et Frida seront-elles ensemble, oui-non-oui-non-peut-être), l’intrigue finit par lasser. D’autant plus qu’à une trame carrément convenue s’ajoute toute une galerie de personnages sans reliefs et vus mille fois eux aussi : la belle-mère compréhensive qui se plie en quatre pour faire plaisir (c’est normal, sa fille a fait son coming-out il y a longtemps, elle a eu le temps d’intégrer), le père rustre mais aimant (il n’a pas très envie que la sienne soit lesbienne, mais bon, si elle est heureuse) et un petit ami qui veut bien écouter mais qu’il ne faudrait pas prendre pour un imbécile (Ah t’es lesbienne ? Je ne veux plus jamais te voir).

Rien de honteux dans Kyss Mig pourtant, qui se regarde sans déplaisir, notamment grâce au jeu raccord de ses comédiens, les deux actrices principales en tête, qui parviennent à occasionner quelques vraies rencontres (la séquence sur l’île est assez réussie). Mais il y a que le film arrive trop tard, convaincu de tenir un sujet coup de poing mais finalement mineur, qu’on a vu mieux exploité ailleurs. Dans Fucking Åmål justement ou My Summer of Love (Pawel Pawlikowski), qui disaient autrement les atermoiements amoureux et la quête d’identité d’adolescentes pas si mal dans leur peau. Il reste Lena Endre, actrice majeure, sorte de Nicole Garcia suédoise qu’on a vue chez Bergman (Les Meilleures intentions ou En présence d’un clown), et la musique de Marc Collin, terriblement lounge mais efficace, qui rend le film plus pop et finit de convaincre qu’il ne se prend pas tant que ça au sérieux. Kyss Mig a rencontré un énorme succès en Suède : pas étonnant, tant il ressemble parfois à une déclaration d’amour à son pays, patrimoine musical compris – le titre anglais du film, With Every Heartbeat, tire son nom de la chanson éponyme de Robyn qui rythme le générique de fin.

Titre original : Kyss Mig

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.