Select Page

Joseph L. Mankiewicz

Article écrit par

A l´occasion de la rétrospective de son œuvre organisée par la Cinémathèque française, ce Coin du cinéphile est consacré à Joseph L. Mankiewicz.

Joseph L. Mankiewicz est certainement (avec Albert Lewin) le plus érudit, lettré et sophistiqué des réalisateurs de l’âge d’or hollywoodien. Son penchant pour les mots lui vaudra parfois une réputation justifiée de réalisateur d’inspiration théâtrale. Loin d’être un défaut dans son cas, cette facette allie des dialogues subtils et percutants à une mise en scène capable de s’en passer et d’exprimer les concepts les plus complexes par la seule force des images. C’est cette capacité qui permit à Mankiewicz de réaliser certains des films les plus populaires et primés de son temps. Des thèmes comme la lutte des classes, l’ambition, la manipulation ont été traités avec une finesse rarement égalée depuis.

Pour ce Coin du cinéphile, quatre chef-d’œuvres du réalisateur se verront analysés à travers la figure du flashback, motif récurrent ayant cours dans  Eve (1950),  La Comtesse aux pieds nus (1954), Soudain l’été dernier (1959) et Chaînes conjugales (1949). Par ailleurs L’Aventure de Madame Muir (1947) et Le Château du dragon (1946) dévoileront un penchant romanesque et fantastique étonnant chez Mankiewicz, tout en conservant sa rigueur thématique. Le cynisme et le pessimisme traversant son œuvre s’exprimeront à plein dans le sommet L’Affaire Cicéron (1952) et Le Reptile (1970) tandis que l’adaptation du Jules Cesar (1953) de Shakespeare illustrera ses penchants intellectuels et que sa Cléopâtre (1963)  restera dans les annales du péplum hollywoodien. Enfin, le pouvoir de fascination de son ultime œuvre, Le Limier (1972), demeure encore aujourd’hui intact à travers le brillant duel entre Laurence Olivier et Michael Caine.

Bonne lecture !

Une scène de Eve (All About Eve, 1950)

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.