Select Page

(500) jours ensemble (500 Days of Summer)

Article écrit par

Ambitieuse comédie sur l´amour que ces 500 jours passés avec Summer, héroïne au coeur dur… Le film veut rendre grâce à l´inédit d´une relation amoureuse. Malheureusement, petit à petit, le rythme s´essouffle…

Summer Finn (interprétée par Zooey Deschanel) est belle, drôle, indépendante, libre et joyeuse. Bref, Summer Finn est une fille parfaite. Elle minaude à souhait, bat les cils de ses grands yeux bleus, enroule sa voix cassée d’une timidité feinte, et, quand bien même elle ne croit qu’à l’amitié, finit bel et bien par séduire le jeune homme au cœur tendre. Tom Hansen est mignon, doux, intelligent, généreux et croit à l’âme sœur, à l’amour qui transcende, transporte et jamais ne fane. Tom Hansen (joué par Joseph Gordon-Levitt, le « petit » d’Et au milieu coule une rivière) balade un sourire accrocheur de gamin romantique à consoler. L’histoire d’amour entre le jeune auteur de cartes de vœux et la secrétaire sexy commence autour du 32ème jour de leur rencontre, puis suit sa pente : d’étreintes en disputes, d’éclats de rires en instants de tendresse, de complicité en complications, les choses se gâtent après 185 jours… L’espoir changerait-il de camp ?

 

Les scénaristes de 500 Days of Summer, Scott Neustadter et Michael H. Weber, se sont attelés avec courage à revisiter l’univers de la comédie romantique, avec une ambition chérie : témoigner d’une manière authentique de la quête que partage l’humanité, la recherche (et la découverte !) de l’amour. Motivés par leurs expériences personnelles et aidés par le réalisateur Mark Webb, ils démultiplient les anecdotes et déstructurent la chronologie pour offrir en pâture l’histoire d’un jeune homme qui tombe amoureux d’une jeune femme et surtout pour disséquer leur relation rétrospectivement (lorsqu’il s’est fait largué…). Certains de leurs procédés surprennent en enchantant, des époques de la relation qui défilent dans un ordre aléatoire, aux parallèles entre deux situations identiques, l’une baignée par l’aveuglement naïf de la passion, l’autre empreinte de la lassitude d’un quotidien corrosif…

 

Néanmoins, si le film est souvent sympathique, il n’est pas vraiment concluant : le patchwork de la réalisation (tantôt comédie musicale, tantôt dessins crayonnés, tantôt quoi au juste ?) finit rapidement par manquer de rythme. De plus, la déstructuration du montage provoque parfois des répétitions qui, si elles ne frôlent pas la paresse, sont malheureusement le signe d’un manque de matière. À vouloir trop rafraîchir leur comédie romantique d’un point de vue original et contemporain (dont fait montre la très actuelle, et superbe, collection de t-shirts rock de Tom), Mark Webb et ses comparses peinent finalement à réchauffer leur propos, et pis, son universalité.

Reste que Tom le rêveur est charmant et que Summer, en amante pragmatique, l’est aussi dans son genre – à noter qu’elle ravira surtout les fans de Zooey Deschanel, les minauderies de cette dernière pouvant agacer. Rien de révolutionnaire à passer ces 500 jours avec Summer donc, rien de désagréable non plus. Peut-être, à l’aune d’une autre comédie romantique originale de cette année, le très réussi Last Chance for Love, cette petite idée malgré tout : et si l’amour, ça se décidait ?

Titre original : (500) Days of Summer

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?