Select Page

Jumper

Article écrit par

Jumper, avant d’être un film, c’est un concept riche de possibilités et de promesses visuelles. Hélas, à l’écran, il ne reste qu’un blockbuster peu inspiré, une série B de luxe animée par le fade Hayden Christensen.

Tout le monde a déjà rêvé de pouvoir se téléporter où bon lui semble, de se sentir libre comme personne. Un jeune ado comme les autres découvre un beau jour qu’il a ce don, qu’il peut « jumper » d’un bout à l’autre du globe, par la seule force de sa pensée. Un pouvoir qui va le rendre riche, mais qui va aussi en faire l’objet d’une chasse à l’homme menée par une société secrète…

Des super-pouvoirs « qui amènent de grandes responsabilités », un amour d’enfance en danger, un méchant obsessionnel… Manifestement, Jumper a bien appris la leçon donnée par Sam Raimi avec Spider-Man. Tentative pour lancer une nouvelle franchise, surfant sur le succès de la série télévisée Heroes, Jumper laisse tomber les costumes de justicier pour faire de son héros, Davey, un type normal ballotté par les événements. Un « jumper » incarné par le fade Hayden Christensen, qui passe son temps à squatter les monuments historiques de la planète, à rejoindre les meilleurs spots de surf, et qui se met en tête de retrouver son amour d’enfance… Bref, un personnage incroyablement inintéressant malgré son potentiel narratif. Bien sûr, Le scénario de David Goyer, spécialiste des films de super-héros, notamment avec la trilogie Blade, ne fait d’ailleurs pas l’impasse sur le côté sombre de ce pouvoir hors-norme : le sentiment diffus de solitude, puisque Davey ne peut révéler son secret à personne.

Jumpeur ? Zappeur, plutôt !

On peut aussi voir dans ce jeune Américain qui a choisi comme repaire la ville de New-York (tiens, tiens…) une vision hypertrophiée de la génération 2000, un zappeur plutôt qu’un « jumper ». Il bondit de carte postale en carte postale, sans s’arrêter en un point précis pour prendre du recul sur sa condition, juste obsédé par une quête hédoniste de plaisir permanent. Seulement, Jumper n’est pas un film réfléxif sur la distorsion du temps et la condition humaine, mais un blockbuster pour djeuns, habitués à zapper les faiblesses d’un montage ultra-cut, et d’un récit manichéen au possible.

Car, oui, malheureusement, jamais Jumper ne tire parti de son excitante idée de départ. Une mythologie trop rapidement survolée (les « jumpers » sont opposés depuis des siècles aux Paladins, des fanatiques qui ont juré de les exterminer), des personnages secondaires à peine esquissés (Samuel Jackson impassible en grand méchant teint en blanc, Jamie Bell cabotin en jumper rebelle), un final en eau de boudin qui parvient à copier le mauvais X-Men 3… La conclusion ouverte laisse entrevoir une suite qui n’est pourtant pas assurée de voir le jour.

Le réalisateur Doug Liman, bien loin de sa grande réussite (La mémoire dans la peau) et les producteurs assurent avoir envisagé Jumper comme une trilogie. C’est à la mode. Mais il faut pour cela livrer plus qu’un simple « pilote » reposant sur des ficelles sur-exploitées. A la télévision, avec moins de moyens et sans doute aussi moins de scènes inutiles, Jumper aurait été un show prometteur. Sur grand écran, ce n’est qu’une super-production bancale de plus.

Titre original : Jumper

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Tu mérites un amour

Tu mérites un amour

Passée par l’école Kechiche, essayant d’en adopter les méthodes, Hafsia Herzi ne parvient pas à rendre sa parole claire ni intelligible. Un film sur la vie, l’amour, la haine, qui manque de singularité, d’intérêt, de poésie, de cinéma.