Select Page

The Savage Eye

Article écrit par

« Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone. » Paul Verlaine

Quel audacieux choix narratif que la trame de The Savage Eye ! Les réalisateurs Ben Maddow, Sidney Meyers et Joseph Strick ont pris un risque esthétique en contant une histoire entière sous forme de voix off. En effet, Judith McGuire (Barbara Baxley, époustouflante…), une belle jeune femme énigmatique, arrive à Los Angeles après son douloureux divorce. Dès lors, se met en place un dialogue avec une voix masculine qui pose (vraiment) beaucoup trop de questions. Un visiteur curieux fait face à ses propres interrogations, ces dernières l’obligeant à se mettre en relief par rapport à la société. Car The Savage Eye, sous des airs de conte poétique, s’applique à établir dans son déroulement un jeu pervers de miroirs, qui place la société américaine des années cinquante face à ses propres contradictions.

La mort d’un langoureux amour offre à la sensualité de Judith une chance de renaissance, et la porte s’ouvre sur des milliers de possibles. Dans la douleur de cette récente séparation maritale se dessinent toutes les problématiques d’un monde, qui seront décryptées et analysées. Le malaise de Judith est l’occasion d’un voyage au plus profond de son psychisme. L’épreuve de la solitude plonge dans les tréfonds du moi et permet une introspection ultime. Dans cette errance hypnotique, la jeune femme fera de curieuses rencontres (des fanatiques religieux aux laissés-pour-compte de la société), reflets d’une déshumanisation croissante, dans laquelle l’individu (à entendre au sens d’ "individualité") ne sait plus où trouver sa place. Une critique acerbe et juste qui rappelle que, déjà, en ces temps-là, la société se faisait autour d’elle-même, pour elle-même, et non avec les hommes.

Voyage au cœur de l’inconscient et de ses tourments, The Savage Eye caresse avec grâce la frontière entre rêve et réalité. Les voix chuchotent chaque mot comme une confidence, les images (magie du noir et blanc !) glissent sur les vagues de l’inquiétante étrangeté. Chaque geste est un aveu de dévastation, mais aussi un espoir de reconstruction. Un rythme cinématographique languissant qui offre, chose rare, du temps aux choses. Réapprendre de soi et des autres, s’autoriser l’impossible et espérer ; encore…

Titre original : The Savage Eye

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 67 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.