Select Page

Table ronde : << La critique de cinéma face au défi Internet >>, Cinémathèque Française

Article écrit par

La critique change, la presse cinéphile est confrontée à la crise des ventes, et, événement hautement symbolique, les Cahiers du cinéma sont mis en vente par Le Monde. Mais tandis que la presse papier s´effondre, la Toile gagne du terrain : on assiste à l´émergence d´une nouvelle critique, souvent non professionnelle mais très dynamique, portée par l´envie de partager la passion du cinéma et servie par l´immense réseau d´Internet : alors, s´agit-il d´une aubaine ou d´une menace ?

La question a de quoi nous interpeller, alors on se glisse dans les fauteuils du grand temple de la cinéphilie parisienne, pour entendre les diverses opinions, les inquiétudes des critiques face à ce nouvel outil. Parmi les intervenants, Luc Lagier (rédacteur en chef du blog d’Arte), Alexandre Tylski (directeur du site www.cadrage.net), Julien Gester (rédac chef de la rubrique cinéma des Inrocks (http://www.lesinrocks.com/index.php?id=4), Frédéric Bas (http://www.mediapart.fr/club/blog/frederic-bas), Joachim (auteur du blog http://365joursouvrables.blogspot.com/) et N.T. Binh (Yann Tobin, critique de Positif).

Première remarque : est-on bien certain qu’Internet soit un défi ? Frédéric Bas, intervenant aux propos certainement les plus polémiques autour de la table, lance la question qu’on trouve, sincèrement, pertinente. Oui, on aurait envie de répondre, à condition que la critique sache le relever. Et les idées ne manquent pas. Joachim dit concevoir son blog comme un album personnel mais public, dans lequel il entretient un rapport au cinéma fétichiste et délié des impératifs de l’actualité. Luc Lagier va encore plus loin, et prône une critique créative, audiovisuelle, interactive, qui citerait des extraits des films comme on cite des textes, et qui ne se gênerait pas pour les monter à nouveau, les doubler, les manipuler à son gré. Pourquoi pas, mais ceci correspondrait-il encore à de la critique, à proprement parler ?

Yann Tobin et Alexandre Tylski rappellent qu’avant tout, la critique est un genre littéraire, et qu’elle demande une exigence et une qualité de rédaction. Pourtant, lit-on vraiment des textes longs, sur Internet ? Deuxième remarque, toute aussi pertinente que le précédente, de la part cette fois ci de Julien Gester : qu’est ce que la critique ? L’éternelle question revient, et comme toujours, divise. Ce qui unit, ou du moins semble unir, les intervenants, est la hantise de l’expertise, du terme « illuminé », du savant éclairé. Seulement, Yann Tobin émet quelques réticences face à la libéralisation totale de l’opinion. En effet, on le comprend. Ecrire peut sembler facile à ceux qui n’ont pas essayé. Toutefois, importante précision apportée par Tylsky, il ne faut pas confondre support avec talent.

Finalement, les deux heures de débat ont passé très rapidement, et davantage que des réponses, cette table ronde aura contribué à poser de nombreuses questions, concernant forme, cadre et contenu. Dommage que le temps n’ait pas permis de creuser un peu plus et de se demander, par exemple, si Internet est véritablement ce lieu libre, où n’importe qui pourrait prendre la parole : dans le monde fabuleux d’Internet il existe les référencements, les hiérarchies, les priorités… Espérons donc que cette rencontre ne soit que la première d’une longue série : de cette manière seulement, on pourra peut-être avoir une idée plus précise de la révolution en cours dans le petit monde de la critique de cinéma…


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.