Select Page

Semaine du documentaire chilien à Paris

Article écrit par

Du 20 au 26 février prochains à Paris, le cinéma Le Latina consacre sa programmation au documentaire chilien. L´occasion de découvrir un cinéma en pleine renaissance…

Organisée par Patricio Guzmán, cinéaste et fondateur du Festival du Documentaire de Santiago, la seconde édition du documentaire chilien à Paris promet d’être enrichissante. Réalisateur et producteur de La Bataille du Chili (1973), long-métrage de cinq heures retraçant la fin du régime de Salvador Allende suite au coup d’état du général Pinochet, Patricio Guzmán a concocté pour le public parisien une sélection de documentaires autour du thème « Documentaire, Dictature et Démocratie ».

Pris en otage par les années de dictature d’Augusto Pinochet, le cinéma chilien s’est longtemps vu « coupé du monde » rappelle Patricio Guzmán. Privés de tout contact professionnel et artistique avec le reste du monde, les réalisateurs chiliens ont travaillé dans l’ombre durant vingt ans. En 1992, le plan d’aide aux auteurs, lancé par le premier régime démocratique, ainsi que l’ouverture d’écoles de cinéma ont offert un nouveau souffle aux cinéastes. Aujourd’hui, entre cinquante et soixante documentaires sont tournés par an.

Plusieurs générations de réalisateurs participent ainsi à faire renaître la « non fiction » chilienne. Exilés à l’étranger ou retournés dans leur pays d’origine, les artistes semblent habités par la soif de s’exprimer, de témoigner et surtout de créer. La sélection présentée du 20 au 26 février à Paris présente des documentaires réalisés entre 2000 et 2006. Tant historiques que contemporaines, les œuvres proposées s’attachent chacune, dans un style particulier, à dresser un portrait de la société chilienne.

Si la fiction chilienne s’est plus facilement connaître en France (l’an dernier Sebastian Campos Lelio avec La sagrada familia ou encore Matias Bize avec En la cama), l’instauration de la Semaine du documentaire chilien à Paris participe à la résurrection d’un genre cinématographique longtemps condamné au silence.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi