Select Page

Sans signe particulier

Article écrit par

Au risque de nous perdre.

 

Perdu d’avance

Au Mexique, sans nouvelles de son fils depuis plusieurs semaines, Magdalena part à sa recherche. Au fur et à mesure qu’elle se rapproche de la frontière américaine, son mauvais pressentiment se transforme en une cruelle réalité. C’est une voie sans issue qui a eu raison des rêves de son jeune garçon. La mère ne peut pas compter sur l’empathie de ceux qui pourraient l’aider. Chauffeur de bus, bénévole dans un foyer d’accueil, les hommes et les femmes qui auraient pu croiser son fils sont figés dans l’indifférence ou la peur. Le visage de ces interlocuteurs reste dans l’ombre, hors-champ. La caméra figée sur le désarroi de celle qui cherche à comprendre ce qu’elle ne veut pas entendre. Les rencontres avec deux êtres brisés par la disparation de l’un de leurs proches font écho au désarroi de Magdalena. L’État Mexicain qui ne peut pas protéger les siens de la pauvreté et de la violence organisée, son voisin états-unien qui se refuse à accueillir toute la misère du monde; le sort semblé scellé pour une  part importante de la population.

Long is the Road.

La dimension politique et sociale  du sujet ne retient pas l’attention de la réalisatrice Fernanda Valadez. L’enquête et la tension qui pourrait en découler ne prétendent pas nous tenir en haleine. Pas question non plus de trouver les véritables coupables d’une telle horreur, si ce n’est le diable en personne. Reste alors un drame intime dont le film espère nous faire partager les moindres palpitations en s’appuyant sur une actrice naturellement émouvante et forte, mais le procédé s’évente rapidement.  Reste un joli travail de mise en scène qui nous plonge dans une atmosphère étrange, un western aux accents mystiques voire fantastiques. Faire sens en s’appuyant sur  la beauté des lumières, des ombres et des paysages ne saurait compenser l’absence de vie, la lenteur qui se veut inspiratrice agit tel un anesthésiant. Un film pas à la hauteur de ses promesses.

Titre original : Identifying Features

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La période mexicaine de Luis Bunuel, cinéaste expatrié, contient en germe les obsessions qui irriguent l’intégralité de ses films. L’occasion de réévaluer la vie criminelle d’archibald de la Cruz à l’aune de sa restauration. Tragi-comédie triviale de la frustration à mi-chemin entre cruauté primitive et urbanité patricienne, l’œuvre, mésestimée, procure un frisson d’horreur mêlé de volupté coupable. En version restaurée…