Select Page

Rien de personnel

Article écrit par

Rien de personnel n´a d´intérêt que pour ses trente premières minutes, après quoi ni fond ni forme ne sont au rendez-vous.

La société Muller organise une réception à l’occasion du lancement d’un nouveau produit. Au cours de la soirée, on découvre qu’il s’agit en réalité d’un exercice de coaching pour les cadres de l’entreprise. Peu à peu, les rumeurs sur le rachat prochain de la société se vérifient et chacun se retrouve à tenter de sauver sa place.

En fait, seules les trente premières minutes de Rien de personnel présentent un réel intérêt. Ce qui tient alors en haleine, c’est la succession des points de vue qui met en place le récit et les personnages, et emmène le spectateur dans de fausses directions. Ainsi croit-on que Bruno Couffe, joué par Jean-Pierre Darroussin, est un cadre dépressif alors qu’il se révèle être un coach à fond dans son rôle. Il est là pour évaluer Natacha Gauthier-Stevens (Melanie Doutey), jeune femme en manque évident de confiance en elle. Une fois ce canevas posé, le film devient un vide « interstellaire », un sommet d’ennui.

Certes, le propos du film est très ancré dans la réalité, dénonçant les licenciements à tour de bras, le monde du travail gangréné par la rentabilité et les profits. Mais cela ne suffit pas à faire prendre la mayonnaise, même avec des acteurs français de renom comme Jean-Pierre Darroussin, Pascal Gréggory ou encore Zabou Breitman. Le souci majeur du film vient du fait que l’on ne sait pas dans quel genre le classé. Comédie ? Drame social ? En 1h30, le film ne nous fait esquisser que trois sourires et n’apporte aucun regard nouveau sur le monde de l’entreprise. Aucune émotion – rires ou pleurs – ne se dégage de la fin. Pour compléter le tout, il est difficile de s’attacher à des protagonistes n’ayant au fond aucun but, le spectateur ne faisant que suivre une succession de saynettes n’aboutissant à rien.

Tout ça pour dire que ce premier long-métrage de Mathias Gokalp, pourtant présenté cette année à Cannes à la semaine de la critique ne marquera sans doute pas les esprits, contrairement à des films comme La Firme de Sydney Pollack, Le Couperet de Costa Gavras, Louise-Michel de Martin Gignac ou Le Machiniste de Brad Anderson, dépeignant de manière plus originale le monde impitoyable du travail.

Titre original : Rien de personnel

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 91 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.