Select Page

Pas très normales activités

Article écrit par

Premier film de Norman Thavaud, qui nous plonge dans des activités pas très Norman. Ou plutôt normales. Enfin on ne sait plus…

Paranormal Activity, c’est une saga américaine où de jeunes gens passent leur temps à filmer des phénomènes paranormaux dont ils se croient victimes. Pas très normales activités, c’est la parodie française de Paranormal Activity où un couple de jeunes gens passe son temps à filmer des phénomènes  paranormaux… pas très normaux, dont ils se croient victimes.

Phénomènes paranormaux « pas très normaux », qu’est-ce à dire ? Eh bien le paranormal, c’est un label qualité qui se mérite. Il y a comme des limites normatives qui bornent la qualification de paranormal. Dès qu’on franchit ces limites, on n’est plus dans le paranormal. Dès qu’on prend en dérision ces limites, on est dans la parodie. Exemples précis : un couple qui raconte l’histoire d’une maison hantée par ses défunts occupants : pas paranormal. Un couple dont la maison est hantée par ses défunts occupants : paranormal (parnormal normal pourrait-on préciser). Un couple dont la maison est hantée par un troupeau de cochons décimé lors de la crise de la grippe porcine : paranormal pas très normal. Besoin de faire Normale Sup pour comprendre ça ? Équilibre précaire entre paranormal, non paranormal, et paranormal pas très normal. Mises en abyme d’un genre qui puise sa richesse dans des peurs anthropologiques ancestrales.

C’est donc l’histoire d’Octave et Karine, un jeune couple normal qui décide de s’installer à la campagne. Ils sont assez vite troublés par des phénomènes étranges (le voisin muet au physique inquisiteur qui rôde chez eux, cette infâme odeur qui encercle la maison, ces boites de gâteaux mystérieusement englouties, et cætera).  Le récit les confrontera à une ubuesque vérité. Pour interpréter le héros, Norman Thavaud. « Le » Norman, celui d’Internet. Il est partout Norman, il cabotine allégrement, il frétille comme un jeune premier, il se démène pour faire vivre son personnage. C’est normal, c’est Norman. Pour lui donner la réplique, Séfi Celma, jeune actrice pas très connue et dont le personnage manque de souffle. C’est la nana un peu chiante en fait ; on n’a qu’une envie : lui mettre une paire de claques pour la détendre quelque peu. Mais ça aussi c’est normal.

La complicité entre les deux acteurs est le point le plus positif du film. Quelques scènes de comédie sont plutôt réussies et donnent un ton enjoué au récit. Malheureusement, on ne retiendra pas grand-chose d’autre. Le film ne trouve pas son rythme et la mise sous tension de l’histoire est complètement ratée. Pas très normales activités pèche essentiellement parce qu’il ne parvient pas à trouver sa voie, se perd quelque part entre comédie (voire comédie romantique), film de genre, parodie du film de genre et parodie de la parodie du film de genre. Au final, pas vraiment de rire, pas vraiment de suspense, pas vraiment de frisson, mais de l’ennui.

Dommage donc, l’idée n’était pas mauvaise, les comédiens plutôt en forme et la caméra de Maurice Barthélémy pas si maladroite. Bref, on évite le super nanar. Mais pour la grande comédie parodique, faudra repasser.

Titre original : Pas très normales activités

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.