Select Page

Notre paradis

Article écrit par

Poétique et violent, le dernier film de Gaël Morel est une cavale amoureuse à la fois noire et éclatante. Une oeuvre surprenante qui marche au désir.

Adoptant la trajectoire tragique de deux amants criminels – Vassili (Stéphane Rideau, familier du cinéma de Morel), prostitué tourmenté, impénétrable, mal à l’aise dans son âge, et le bien nommé Angelo (Dimitri Durdaine, comédien non professionnel très convaincant) à la présence insolite et rafraichissante – le dernier film de Gaël Morel fait d’une fuite en avant la source d’étonnements narratifs et visuels multiples. Tout en ruptures de ton et de style, il s’autorise toutes les formes d’irruptions, de détours et de dérèglements.  Film passionné, Notre paradis puise dans l’impossible quête de liberté de ses personnages, prolétaires du sexe en quête d’une issue à leur condition, d’un asile, d’un petit coin de paradis ou, tels les héros tragiques d’un film noir, d’une vie différente, plus douce et rompant avec le passé, un souffle romanesque soutenu par un travail graphique d’une très grande force émotionnelle.

A la fois sombre et très coloré, Notre paradis explore des univers dont il tire le plus fort potentiel poétique, naviguant entre rêve et cauchemar. Des appartements bourgeois des clients de Vassili à la nuit des rues parisiennes, du bois de Boulogne, du bistrot provincial où travaille Anna, l’ancienne amie de Vassili (Béatrice Dalle), à la maison du vieil homme, Victor, qui entretient Vassili, petit palais à flanc de montagne, le cinéaste fait preuve d’une belle capacité à incarner la sensorialité du décor et à jouer de sa force d’évocation. Cela passe avant tout par une attention particulière accordée à l’intensité des couleurs, à se jouer de la lumière et du décor dans la démarche d’un peintre. Une manière de donner à l’image un aspect très physique, et cela dès les premiers plans. A la dureté des changements de tons dans les scènes parisiennes, propices à l’expression des pulsions meurtrières de Vassili, succède la douceur et la chaleur de ceux de l’escale provinciale (dès la première scène de magie à laquelle participe Béatrice Dalle), et enfin l’inquiétante uniformité de ceux de la maison de Victor (couleurs froides de l’intérieur, gris de l’extérieur), prise dans une neige annonçant sans doute possible un triste dénouement. Cette très forte présence du décor contribue à une stylisation de l’image qui donne corps à l’intensité des enjeux émotionnels tout en renforçant les sensations de rupture.

Notre paradis est également un beau film sur la fin d’une adolescence prolongée, celle de Vassili, et sur son éveil difficile quand devenant trop vieux pour continuer à « exercer », il se voit préférer par ses propres clients le bel Angelo d’au moins vingt ans son cadet. Si la première partie tisse discrètement un lien fort et indéchiffrable entre la haine de soi de Vassili et ses pulsions meurtrières, la deuxième s’engage sur les voies de l’apaisement par la confrontation du couple criminel avec Anna (Dalle) et son jeune fils, également prénommé Vassili. Quelques scènes ouvrent ainsi une parenthèse pacifiée : un tour de magie, quelques promenades, des complicités naissantes ou retrouvées. Le corps d’Anna, également alourdi par les ans, semble un moment proposer, aux côtés de celui de Vassili un écho salvateur, permettant aux histoires passées de resurgir  dans l’acceptation du vieillissement. Mais c’est la fuite en avant qui reprendra le dessus, et avec elle les meurtres crapuleux. S’il maintient une certaine opacité autour du comportement criminel de son personnage, le cinéaste livre néanmoins quelques clés. Il s’agit toujours de faire taire, d’effacer, de faire disparaître, de dénier. Se faire disparaître également soi-même en allant se trouver un endroit où vivre hors du temps avec un ange. Le film a la force de ce grondement intérieur, de cette lutte avec soi-même, qui naît dans l’image par de grands éclats de couleur.
 

Titre original : Notre paradis

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.