Select Page

Municipale

Article écrit par

Politique fiction, trahisons et grosse cuisine.

Revin, petite ville de 7000 habitants dans les Ardennes, est une commune sinistrée, en partie détruite par la globalisation et la perte de ses unités de production dans la sylviculture et surtout la sidérurgie. Ne restent que les souvenirs et les espoirs déçus, autant dire que voici encore une petite ville de province désespérée et perdue pour la politique politicienne. C’est ici que Thomas Paulot et son équipe décident d’installer en 2020 leur caméra pour mettre en scène, dans le plus pur jus de la politique spectacle telle celle qui a aidé à élire Emmanuel Macron, l’apparition d’un candidat aux municipales locales qui n’est autre qu’un comédien, Laurent Papot, dont la candidature dans la bourgade va déchaîner les passions et les antagonismes en mettant à jour tous les rouages de la politique dans ce qu’elle a de plus sophiste.

Leur candidat, que le réalisateur lui-même a voulu dépeindre à la manière d’un Emmanuel Macron mais en même temps d’une sorte de Don Quichotte, ne laisse personne indifférent et il va finir par devenir la figure politique qui inquiète autant à droite qu’à gauche puisque, venu de nulle part, il pourrait renverser tous les autres candidats, différemment mais de la même manière que Coluche en son temps. « On a commencé à écrire à l’été 2018, mais lorsque les gilets jaunes sont arrivés, on s’est posés pas mal de questions, confie le réalisateur dans le dossier de presse du film. Leurs problématiques entraient en résonance avec pas mal de choses qu’on avait envie de discuter, comme l’autogestion, la crise du système représentatif ou la nécessité de trouver des imaginaires alternatifs. On s’est posé la question de savoir à quel point il fallait faire dévier le scénario vers quelque chose qui soit davantage lié à ces questions-là. On s’est même posé la question d’intégrer directement les gilets jaunes, mais au final on est resté accrochés à notre idée de propulser un acteur dans une campagne municipale. » Et le résultat, présenté dans la section ACID du festival de Cannes, est une bien belle réussite.

 

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre : , ,

Pays :

Durée : 109 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…