Select Page

Momo le doyen

Article écrit par

La vie de la cigale, ou : l´alternative. En ces temps-ci où La Fontaine revient sur les écrans pour nous rappeler, à travers ses fables, les fondements de la pensée judéo-chrétienne (le travail, le sacrifice, l´abnégation), nous fait savourer un autre monde… L´Afrique et sa façon de penser sont restituées dans ce film à travers […]

La vie de la cigale, ou : l´alternative. En ces temps-ci où La Fontaine revient sur les écrans pour nous rappeler, à travers ses fables, les fondements de la pensée judéo-chrétienne (le travail, le sacrifice, l´abnégation), << Momo le Doyen >> nous fait savourer un autre monde…

L´Afrique et sa façon de penser sont restituées dans ce film à travers un personnage qui n´a rien à voir avec les fourmis que nous sommes ou que nous voudrions être. Momo Wandel Soumah, un musicien de Jazz, un talent du saxophone avec la voix de Louis Armstrong (mais sans la célébrité qui l´accompagne), un homme qui fut capable, avec un enthousiasme transportant, d´accompagner en musique l´histoire de son pays pendant près de 80 ans, et de restituer au jazz ses racines africaines. Sa grande intuition fut en effet de ramener en Afrique le sax pour le marier avec les instruments traditionnels : le djembé, la kora, la flûte pastorale…et de faire du jazz guinéen…

Mais attention : il ne faut pas croire que la vie de la cigale soit si facile. Elle n´a pas les conforts de la fourmi, assise dans son fauteuil, sachant pouvoir compter sur ses richesses savamment cumulées. Elle vit à la débrouille, au jour le jour, essaye de continuer afin de transmettre sa passion pour la musique, poussée par l´envie de la partager, de faire danser les gens, de rassembler, jusqu´à ce qu´il lui reste du souffle et encore au delà. Ainsi Momo, resté jusqu´à la fin derrière son sax, après avoir failli mourir d´une insuffisance respiratoire, et comme il tenait à le dire alors qu´il bougeait à peine, est le doyen de tous les musiciens africains !

Et la débrouille (sans aucune connotation négative) est aussi la règle de ce film documentaire réalisé par Laurent Chevallier, cinéaste peu connu mais avec déjà six longs-métrages à son parcours, ainsi que de nombreux films pour la télé. Un montage fait à partir d´images d´archive (environ 50 heures de rush), tournées en vidéo pendant dix ans de collaboration étroite et d´amitié avec Momo. Non pas un hommage, non pas une célébration, mais plutôt un témoignage de quelqu´un qui a partagé, avec ce personnage incroyable, un bout de son chemin. Le spectateur peut retrouver ainsi ce qui fut une fois la caractéristique première du cinéma : sa capacité à restituer à l´écran des << prises de vue >> pour soustraire des faits ponctuels au découlement du temps (et donc à leur mort), et pour le goût de les revoir.

Ici, croire à ce qu´on voit est un acte volontaire qu´un cinéaste nous demande, en essayant de ne pas truquer, pendant le tournage, ce qui est devant sa petite camera. La qualité brute des images, le grain, la photographie non soignée, les tremblements déclarent son intention (toujours utopique) de restituer à l´écran un morceau de réalité sans artifice. Après, les choses se compliquent car, on le sait, tout montage produit un discours que la voix off ici redouble, souligne, mais assume aussi. La présentation de cette sélection des plans est faite explicitement, déclarant les prises de position et les présupposés, et surtout la subjectivité de celui qui les a choisis, triés, remis en ordre, essayant de faire partager sa vision d´un homme qu´il admire, poussé par le vide que sa mort a laissé dans sa vie. Si on veut donc bien lui faire confiance, nous laisser émouvoir par un voyage à travers ce que sa mémoire a pu retrouver dans ses archives, on peut apprendre une autre façon de voir les choses et le monde, à travers la caméra stylo d´un cinéaste voyageur qui nous ouvre son carnet de notes, avec ses brouillons, ses aventures, ses émotions, et qui nous fait découvrir une cigale aux yeux vifs et au bonheur contagieux… nous mettant devant l´embarrassante évidence que des milliers de vies différentes sont possibles si on fait l´effort de sortir de nos schémas habituels…

Titre original : Momo le doyen

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 82 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.