Select Page

Livre « Sharunas Bartas ou les hautes solitudes » de Robert Bonamy (dir.)

Article écrit par

Publié à l’occasion de la rétrospective intégrale des films de Sharunas Bartas au Centre Pompidou, cet ouvrage vient combler un vide bibliographique sur l´oeuvre du cinéaste lituanien et, de petite facture, invite à aller plus loin.

C’est un beau livre que publient De l’incidence éditeur et le Centre Pompidou, le premier en langue française consacré à l’œuvre du cinéaste lituanien Sharunas Bartas. Habillé en couverture par le magnétique et tragique profil de Katia Golubeva, muse de ses premiers films, l’ouvrage collectif dirigé par Robert Bonamy s’articule autour des contributions d’une dizaine de cinéastes, d’artistes (Leos Carax, Claire Denis, Antoine Barraud, entre autres) et d’universitaires (Corinne Maury, Antony Fiant). Il fonctionne par petites esquisses – les essais ou morceaux de chacun sont assez ramassés – mais réussit à rendre compte justement du travail de Sharunas Bartas, en mettant au jour sa poétique, comme son esthétique et ses motifs, en lui rendant sa sensibilité. Ils sont complétés par des documents du réalisateur : storyboards, synopsis, dessins ou photographies de tournage et films précieusement imprimés, marqués par une belle plasticité (ainsi que par la surprenante performance d’image et de littérature de Jean-Christophe Norman). Au titre sobre mais éloquent, le livre s’organise à partir d’une approche aux champs d’étude variés : aux propos anecdotiques, plus volontiers « affectifs » des réalisateurs Claire Denis et Leos Carax se succèdent des positionnements davantage critiques et analytiques. Si ces essais sont trop succincts pour avoir une véritable teneur théorique, ils proposent des réflexions pertinentes et suggèrent quelques hypothèses à même d’activer le sens du cinéma de Bartas et d’en construire une pensée.
 
 

© Guillaume Coudray

 

Jacopo Rasmi, dans son écrit intitulé « Un cinéma muet de l’insauvable », offre des pistes d’appréhension de ses films qui, partant du silence de ceux-ci (devenu une sorte d’incontournable thématique lorsqu’on évoque l’œuvre du lituanien), invitent à voir au-delà du vide laissé par ce silence : « il est vide, mais c’est un vide qui délivre le regard, un vide ouvert et plein de visions » (1) . À l’instar de Corinne Maury, il insiste sur un cinéma où « privés du pouvoir de signification des mots (…) chaque posture, chaque déplacement, chaque regard agissent (…) comme autant de puissances déclamatoires » (2).

La qualité de ces essais tient dans leur capacité à cerner la poétique de Sharunas Bartas tout en s’accompagnant d’un mouvement d’invitation à être sensible à l’image autrement, à pousser notre regard vers les tréfonds de perception d’un cinéma qui défie l’analyse et certaines formes de langage. « Tuiles moussues – pluie sur pommiers – y voir trop clair serait dangereux » (3) écrit Jacques Sicard au sujet de Peace to Us in Our Dreams (2015) . À l’image du motif du feu repéré par Thomas Votzenlogel (“La flamme éteinte”) dans les films de Sharunas Bartas, cet ouvrage fait feu de toute rigidité dans l’approche de la poétique du cinéaste. Il affronte sa profondeur parfois insondable, son opacité, et lui redonne toute sa force cinématographique et créatrice. Du silence comme de la misère humaine qui marquent les êtres de son œuvre, et dont on a tant parlé, il est dit beaucoup mais jamais sans inviter aussi à voir « au-delà des bords » vers un élan vital si souvent ignoré lorsqu’on l’étudie. Positionnement qui donnerait le mot de la fin à Alex Descas dans The House (1997), où avec lui l’on pourrait dire au sujet des êtres du cinéma du lituanien : « des gens simples et presque sans espoir. Mais nous n’allons pas disparaître. Si je pouvais te dire à quel point je veux croire à ça ».

 

Sharunas Bartas ou les hautes solitudes
de Robert Bonamy (dir.), De l’incidence éditeur et le Centre Pompidou , 233 pages – Disponible depuis janvier 2016.

Rétrospective Sharunas Bartas au Centre Pompidou du 5 février au 6 mars 2016.

(1) Jacopo Rasmi, “Un cinéma muet de l’insauvable”, dans Robert Bonamy (dir.), Sharunas Bartas ou les hautes solitudes, De l’incidence éditeur et le Centre Pompidou, 2015, p.188.
(2) Corinne Maury, “Trois Jours et Corridor de Sharunas Bartas : entre lieux marginalisés et silence agité des visages”, Ibidem, p.159.
(3) Jacques Sicard, “Notes en prose”, Ibidem, p.212.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.