Select Page

Le Pré-Code

Article écrit par

On se penche cette semaine sur une terre de liberté méconnue de l’histoire du cinéma.

Le Hollywood des années 1920 constitua une première apogée du star system, les vedettes toutes puissantes étant mêlées à nombre de scandales de mœurs largement évoqués dans le livre Hollywood Babylone (1959) de Kenneth Anger. Les différentes ligues de vertus s’engouffrèrent dans la brèche et, sous la férule du sénateur William Hays et du très catholique censeur Joseph Breen, il fut décidé d’instaurer le Code Hays. Ce code, qui visait à véhiculer une image plus saine et morale à l’écran avec nombre de règles restrictives, obligera les réalisateurs à des trésors d’inventivité pour contourner la censure jusqu’à la fin de son application en 1968. Il existe pourtant une histoire secrète et méconnue du cinéma américain, qui  se situe entre 1930 et 1934. Durant cette période, le code est instauré mais pas appliqué par des studios encore libres qui oseront de nombreuses productions audacieuses. A posteriori, ce bref moment de liberté fut nommé Pré-Code par les cinéphiles.

Amours adultères, nudité et violence exacerbée en seront les aspects les plus tapageurs, mais c’est surtout par son ouverture sociale que le Pré-Code détone. Marqué par la Grande Dépression, le genre est peuplé de personnages démunis et prêts à tout pour échapper à leurs conditions, que ce soit les adolescents de Wild Boys of the Road (William A. Wellman, 1933) ou les femmes insoumises usant de leurs charmes pour atteindre les sommets comme dans Liliane (Baby Face – Alfred E. Green, 1933). Le ton se fera plus libéré, autant dans les dialogues que les situations, permettant des films aussi percutants que Other’s Men Women (William A. Wellman, 1931), La Belle de Saïgon (Red Dust – Victor Fleming, 1932) ou Jewell Robbery (William Dieterle, 1932). Même le mélodrame prenait des atours plus intenses avec le magnifique Voyage sans retour (One Way Passage – Tay Garnett, 1932). Nous nous sommes penchés dans ce Coin du cinéphile sur des titres plus méconnus (où un réalisateur comme William Wellman a constitué une filmographie parallèle tant il fut productif durant le Pré-Code) là où d’autres sont restés fameux tels la célébration de l’amour libre de Sérénade à trois de Lubitsch (1933) ou le péplum Le Signe de la croix (1932) où Cecil B. DeMille dépasse les excès d’un Tinto Brass.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré à James Ivory !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.