Select Page

Le Convoyeur

Article écrit par

Une ambiance troublante, silencieuse, d’où se dégage un malaise certain rappelant celui de L’Adversaire" (ou plus récemment celle de Feux rouges de Cedric Kahn). Une musique de fond toujours sur le même ton, sans rythme, semblant faire partie du décor, un Albert Dupontel inquiétant, dont on ne saisit tout d’abord pas vraiment l’ambition (puis on […]

Une ambiance troublante, silencieuse, d’où se dégage un malaise certain rappelant celui de L’Adversaire" (ou plus récemment celle de Feux rouges de Cedric Kahn). Une musique de fond toujours sur le même ton, sans rythme, semblant faire partie du décor, un Albert Dupontel inquiétant, dont on ne saisit tout d’abord pas vraiment l’ambition (puis on comprend). Visage grave, torturé, paraissant prêt à exploser à tout moment.

L’histoire est celle d’un homme qui devient convoyeur de fond, on ne sait rien de lui, ni son passé qu’on soupconne pourtant très aisé (à l’aide d’indices certains du réalisateur) et qui renforce cette atmosphère mystérieuse l’entourant. Mais attention, l’ambition du film n’est absolument pas de dénoncer les conditions de vie et de travail déplorables de ces hommes qui risquent leur vie chaque jour, même si inévitablement le réalisateur s’y arrête un instant.
Tout est exclusivement centré sur le personnage finalement faussement complexe de Dupontel, faussement car on comprend vite ce qui l’anime, la vengeance, et pourtant à aucun moment on ne tombe dans la caricature du mec prêt à tout pour arriver à ses fins, du chevalier sans remords à la Charles Bronson. Le personnge de Dupontel reste humain et c’est ce qui finira par le détruire.

La fin est inattendue et vraiment glauque, la mise en scène est bonne sans être exceptionnelle, colorée mais discrète, effacée parfois. Un bon polar francais donc, mais qui malheureusment, ne parvient pas tellement à fasciner ; on se laisse berçer, un peu mal à l’aise, et on attend, on est content et puis on rentre.

Titre original : Le Convoyeur

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 110 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.