Select Page

La religieuse portugaise

Article écrit par

« La religieuse portugaise », quatrième long-métrage d´Eugène Green, respire, par son sujet et le traitement que lui apporte son réalisateur, une maturité exceptionnelle

C’est dans un halo de poésie mystérieuse, pour ne pas dire mystique, qu’Eugène Green  place l’image de son cinéma. Une poésie rare que nul autre cinéma ne possède, imposant un regard sagace et spirituel sur l’âme des êtres et des choses. Le cinéaste offre ici un nouveau film porté par la grâce. La religieuse portugaise semble s’évader dans des flots de mélancolie, quelque part entre le Fado et Lisbonne.

L’actrice Julie de Hauranne (personnage joué par Leonor Baldaque), arrive à Lisbonne pour le tournage d’un film. Alors qu’elle part à la découverte de la ville, ses pas sont rythmés au gré de rencontres qui la conduiront vers la plénitude. Des personnages énigmatiques viennent ponctuer le film, un médecin suicidaire, la réincarnation du roi Sébastien, un orphelin, une religieuse. Pouvons-nous penser le film d’Eugène Green comme une énigme où tous les interlocuteurs dialoguant avec Julie construisent  de leurs paroles le destin de l’actrice?

Alors que Julie incarne le rôle d’une religieuse dans le film qu’elle tourne au Portugal, elle fait la rencontre d’une vraie religieuse priant toutes les nuits jusqu’à l’aube dans une chapelle, confrontation empreinte à la fois de solitude et de partage. Eugène Green filme avec majesté une rencontre existentielle.

Le réalisateur favorise une fois de plus la beauté du verbe, obstruant un regard sur un réalisme affable. Allant chercher le spectateur par le biais d’un dispositif de plan frontal, l’interpellant dans des faces à faces avec les acteurs qui ne cessent de déclamer des répliques volumineuses, Eugène Green élève à un rang suprême la beauté même.

La Religieuse portugaise, comme tous les films d’Eugène Green, appartient à un registre bien trop rare. Une recherche de l’épure et du vrai, où « la soledad » vient clamer son ambition philosophique.

Titre original : A Religiosa Portuguesa

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 127 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…