La prochaine fois je viserai le coeur

Article écrit par

Malgré ses qualités de mise en scène, un film décevant, qui commence par intriguer mais finit par sonner creux.

A l’origine du film, un fait divers. Une série de crimes sordides, incompréhensibles. En toile de fond, une détresse humaine et une monstruosité de comportement qui laissent la gorge nouée. Le fait divers en question ? La fameuse affaire Alain Lamare, sur laquelle trente-cinq ans plus tard le troisième long métrage de Cédric Anger se propose de revenir avec un esprit de sérieux et un souci de sobriété qui au premier abord captivent. Mais au premier abord seulement.
L’action de La Prochaine fois je viserai le cœur s’ancre dans l’Oise de la fin des années 1970. Un commissaire enquête sur des meurtres de jeunes filles. Particularité : c’est lui-même qui les a tuées. En apparence, cet homme de vingt-deux ans a tout du gendarme modèle, mais le spectateur découvre presque immédiatement sa nature meurtrière – le film, et c’est tout à son honneur, ne cède donc pas à la tentation facile du whodunit et du twist final. Le jeune homme s’en prend à des autostoppeuses rencontrées au hasard, qui n’ont en commun que d’être jeunes et attirantes. Il les assassine pour peu qu’elle esquissent un geste de séduction ou de frivolité, puis envoie des lettres anonymes pour vanter ses crimes. Les médias s’emparent évidemment de l’affaire.

Le titre du film est une phrase extraite d’une des lettres réellement écrites par le tueur. L’expression "viser le cœur" constitue aussi bien une terrifiante menace qu’un indice sur la confusion mentale du personnage, dont l’incapacité à aimer ne semble trouver un exutoire, radical et vertigineux, que dans ces assassinats de sang-froid, qui d’ailleurs en coûtent manifestement au jeune homme, comme s’il ressentait la douleur de ses victimes et était tiraillé par des pulsions contradictoires. Finalement arrêté, le gendarme assassin est reconnu irresponsable ; les experts diagnostiquent une forme de schizophrénie. Le film tente, lui, de s’en garder, là où d’autres cinéastes maniéristes ou sensationnalistes se seraient engouffrés dans la brèche. Refusant tout délire subjectiviste, le film est remarquable par sa capacité à tenir de bout en bout sa ligne objective, factuelle, quitte à présenter les oripeaux un peu froids, voire glauques, d’une chronique sociale au microscope. Le regard est clinique, la violence sèche, les scènes s’enchâssent les unes dans les autres avec une platitude et une linéarité atténuant toute dramatisation, et aspirant manifestement à l’épure d’un certain cinéma policier français des années 1970, celui d’Alain Corneau, voire de Jean-Pierre Melville. Symptôme de cette ambition, la mise en scène sans afféteries travaille le cadrage des plans, le montage de l’image et du son, avec une précision qui captive, et ce dès la première scène, plan-séquence en vue subjective où la filature d’une jeune fille en vélo se conclut par sa tentative de meurtre. La réussite de cette mise en place aussi réaliste que cauchemardesque tient également à la façon de filmer le décor – une banale banlieue rendue presque fantasmagorique par ses éclairages ocrés, ses plages de ténèbres, la vacuité de ses routes et l’alignement sépulcral de ses pavillons endormis.

 

Malheureusement, le film trébuche rapidement sur ce qui aurait dû être sa pierre angulaire : l’incarnation du gendarme fou. Car plus encore que le montage alterné entre traque policière et errance meurtrière impliquant toutes deux le jeune tueur, c’est la vie quotidienne et intime de celui-ci qui constitue la trame de fond du film, son cœur battant. Or, Guillaume Canet interprète un personnage qui est censé avoir presque vingt ans de moins que lui, d’où d’emblée, chez le spectateur, une perplexité que le film ne dissipera jamais complétement. De plus, si sa relation assez touchante avec la jeune Sophie (Ana Girardot) sauve en partie la mise, la candeur et le désarroi presque forcés qu’on peut lire sur le visage de l’acteur ne compensent pas la vacuité qui semble sourdre de ce personnage incompréhensible. Cette neutralité est peut-être un choix délibéré, mais dans ce cas malheureux, car le film en devient, à l’image de son acteur principal, aussi impénétrable à l’empathie qu’à la haine, et dissout toute fascination dans son refus conjoint d’une réelle introspection aussi bien que de spectaculaire. La stricte juxtaposition des horreurs commises avec la tranquilité de lieux et d’existences banals ne suffit pas à susciter le vertige ou le trouble qu’on était en droit d’attendre. Rien ne fait prise et le spectateur en arrive même – ce qui est dramatique – à abdiquer tout questionnement à l’égard de faits pourtant réels et tragiques, si ce n’est celui-ci : à quoi bon avoir fait ce film, si ce n’est pour donner à Guillaume Canet l’occasion (ratée) d’une performance ?

Bref, dans la mesure où l’opacité cultivée par l’acteur, au lieu d’ouvrir sur des abîmes, semble trop ostensiblement travaillée pour ne pas sonner faux, La Prochaine fois je viserai le cœur n’est presque jamais à la hauteur du bouleversant fait divers qui l’a inspiré et laisse l’impression d’un film ectoplasmique – coquille vide moins abyssale de mystères que clinquante de vacuité.

Titre original : La Prochaine fois je viserai le coeur

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 111 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.