Free Fire

Article écrit par

Balles perdues…

Réunis dans un entrepôt qui ressemble à un capharnaüm, un groupe de trafiquants aux intérêts différents et aux personnalités hautes en couleur, habillées et grimées à la mode des années 70, se donnent rendez-vous pour sceller le contrat d’une vente d’armes. Il y a deux Irlandais, Chris (Cillian Murphy) et Frank (Michael Smiley), bientôt assistés par Stevo (Sam Riley) qui s’est fait défiguré en chemin et son ami Bernie (Enzo Cileti) qui n’a pas inventé l’eau tiède. Ils sont accompagnés par Justine (Brie Larson), une intermédiaire qui travaille pour IWFM (« I Work For Myself ») et bientôt rejoints par le gang de Vernon (Sharlo Copley), affublé d’un accent sud-africain que les autres peinent à distinguer et d’Ord (Armie Hammer), un mafieux aux manières de gentleman. Cette galerie de personnages insolites, où chacun fait mine de s’adresser à l’autre comme à un bon vieux copain, ne dissimule pourtant pas au spectateur son potentiel de bombe à retardement et de zizanie à venir au son d’une musique enlevée.
 


Tireurs d’élites ou tireurs débiles ?

Car c’est bien ce « potentiel » du groupe qui va déclencher l’action du film, qui ne reposera au fond que sur un seul motif : les conséquences, durant toute la durée du long métrage, d’une balle perdue et de son effet domino. Une bascule dans la violence causée de façon comique par deux jeunes seconds couteaux des gangs : Harry (Jack Reynor), du groupe de Vernon (à qui son camarade rappellera pourtant d’entrée de jeu qu’il est insignifiant) et Stevo, malfrat adepte des stupéfiants. Cette réunion vrille vers la tuerie non pas en raison de désaccords stratégiques, « professionnels », d’un échafaudage scénaristique dans l’esprit d’un récit policier alambiqué, mais à cause d’une altercation qui a dégénéré entre les deux jeunes dans un bar un peu plus tôt. Dès lors, le sérieux de l’affaire – Chris qui critiquait d’un œil averti que les armes livrées ici n’étaient pas le modèle attendu – se voit vite décrédibilisé. Et les tueurs d’élite se transforment en tueurs débiles.

La gachette libre, comme l’indique le titre du film, devient le moteur de l’œuvre, son seul fil narratif, autant dire que Free Fire repose sur de l’air, des balles qui sifflent, donnant l’impression d’être en roue libre de bout en bout. Pour faire tenir ce postulat aux effets à la fois jubilatoires et assez violents, Ben Wheatley a misé sur la vélocité d’un montage endiablé et des dialogues fusants, qui ne sont pas sans rappelés la verve d’un Tarantino, et plus particulièrement de son premier film Reservoir Dogs (1992) où, déjà dans un entrepôt, avec le même modèle de huis clos, plusieurs hommes se trouvaient réunis après un braquage qui avait mal tourné. Ce rapprochement permet de toucher à ce qui finit peut-être par trouver ses limites dans le projet de Free Fire : son absence de développement scénaristique au profit de la seule joute verbal(l)e, d’une forme de parodique de l’action movie, là où Quentin Tarantino solidifiait son film avec la reconstitution à résoudre du casse et une rare qualité dialogique.

 

 
« Vais-je arriver à ramper jusque là-bas ? »

Dès lors, la réussite et l’efficacité cinématographique de Free Fire se singularise plutôt à travers la dynamique attachante de ses interprètes, la réactivité de son montage, fusant à la suite des balles, et l’exploitation par le réalisateur du huis clos grâce à une scénographie étudiée pour sa fusillade au long cours. Cet entrepôt blafard, qui ploie sous des néons jaunâtres, une lumière un peu brûlante, bourré de sacs de ciments, de meubles improbables et d’ordures diverses, se transforme en un terrier idéal pour tous ces hommes et cette femme qui vont finir à terre. Le ventre au contact du sol, de plus en plus criblés de balles, les gravats qui les appellent, chacun(e) joue littéralement des coudes pour s’extirper de ce terrier-tombeau. D’un surréaliste assez comique, où nous sommes moins dans la figure du film de genre où, touché à mort, le héros se relève sans pouvoir mourir, l’oeuvre fait longtemps survivre ses personnages au prix de corps et de visages qui mordent toujours plus la poussière, dans une circulation de registres, du rire à la répulsion, de farce. Une gymnastique maline, un geste de la performance pure, qui s’apparente à un entraînement militaire déglingué, dont la problématique originale est peut-être résumée par Ben Wheatley lui-même, derrière la question simple qu’il fait poser à chacun de ses personnages : « Vais-je arriver à ramper jusque là-bas? »
 

Titre original : Free Fire

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.