Fausta (La Teta asustada)

Article écrit par

Un ours d´or sobre et subtil.

Le premier plan est magnifique. Le visage d’une femme âgée remplace peu à peu les ténèbres d’un écran noir. Ce sont des traits usés par la tristesse et la douleur que l’on découvre sans surprise, car la voix de cette femme, chantant avec émotion et franchise un air nous racontant son viol et le meurtre de son mari, nous parvenait de la noirceur de l’écran bien avant sa figure. De son drame, il ne sera par contre plus question, ce chant étant aussi son chant funèbre. Le film se concentre alors sur Fausta, la fille de cette victime, elle-même traumatisée par l’histoire de sa mère. Sans y avoir assisté, elle souffre d’un mal que met en avant le titre original : « La Teta asustada », le « lait de la douleur ». Encore dans le ventre de sa mère lors des événements, l’expérience traumatique lui a été transmise par le lait maternel. Les épaules rentrées, le regard craintif, l’adolescente vit dans la peur et n’arrive pas à affronter le monde qui l’entoure.

La première qualité de Fausta, second long métrage de Claudia Llasa après le remarqué Madeinusa, qui représentait le Pérou aux Oscars 2007, est de traiter de ce sujet délicat avec sobriété (pas de pathos ni de sentimentalisme appuyé ici), et subtilité (la réalisatrice ne nous épargne rien des craintes de la jeune Fausta, qui, afin de se protéger du viol, s’est introduit une pomme de terre dans le vagin, pensant ainsi dégouter ses agresseurs, mais le fait avec distance et sans voyeurisme ou dramatisation excessive). La mise en scène épouse avec délicatesse ce parcours, laissant exister son personnage dans d’amples plans fixes. Car si le scénario se concentre sur Fausta, le cadrage, souvent éloigné et large, perdant même parfois ses personnages dans une petite partie de l’écran et laissant de magnifiques paysages écrasants envahir le cadre, nous rappelle que cette histoire a une portée plus générale et métaphorique sur le pays témoin de ces événements : le Pérou.

Au delà du retour sur la sombre histoire récente du pays, dont les violences subies par les femmes entre les années 70 et 90 laissent encore de profondes cicatrices, le film s’inscrit dans la culture indienne Quechua et offre un magnifique portrait de cette communauté rarement montrée au cinéma. On découvre leurs musiques, leurs croyances et leurs mœurs (on assiste notamment à un mariage et à un enterrement), et la véracité du témoignage se trouve renforcée par le fait que tous les acteurs secondaires du film sont non-professionnels.

Sans occulter les qualités du métrage, on peut seulement regretter le manque de prise de risque d’un scénario un peu programmatique. Le côté instantané d’un mode de vie et d’une culture lointaine est certes fascinant, mais le parcours de Fausta est quand à lui un peu banal et ses étapes manquent de surprises. Si sa rencontre avec une riche pianiste est intéressante par le contraste qu’elle crée entre leurs deux univers, le personnage est par trop caricatural pour être vraiment crédible, et la critique sociale trop forcée pour être tout à fait convaincante. Il en va de même pour les autres « béquilles » que Fausta va croiser : le gentil jardinier, le sympathique amoureux, etc. Si le film a eu l’Ours d’or au dernier festival de Berlin, il n’est justement pas exempt des tares de films de festival (présentation d’un pays, discours social comme un passage obligé, parcours personnel s’inscrivant dans l’histoire du pays, etc…). Mais les « à côtés » du de la fiction (le témoignage sur le Pérou, la culture Quechua, la beauté de certaines métaphores) prennent le dessus sur l’histoire centrale, et apportent intérêt et même, parfois, émotion à ce joli petit film.

Titre original : Fausta

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.