Exposition Saul Leiter : Le règne de la confusion

Article écrit par

La Fondation Henri Cartier-Bresson propose, du 7 janvier au 13 avril, une exposition de l´Oeuvre de Saul Leiter, photographe américain.

L’artiste new-yorkais, photographe et peintre à ses heures perdues, a réalisé ses premières photographies au début des années 40, lors de son arrivée à New – York. Sa rencontre avec le peintre Richard Poussette – Dart en 1946 et la visite de l’exposition d’Henri Cartier – Bresson au MoMA en 1947 furent pour lui deux moments décisifs : il comprit alors que la photographie pouvait constituer une forme d’art.

Au fil de l’exposition présentée par la Fondation HCB, nous nous infiltrons dans les moindres recoins de la « Grosse Pomme » par le biais de clichés déroutants et fascinants. Cette déroute vers la fascination fut savamment orchestrée à l’aide d’un ordonnancement rigoureux des oeuvres. D’abord le classicisme et la froideur des clichés noir et blanc, clichés « purs », proches de la banalité. Ensuite, le modernisme et la puissance des clichés couleurs.

Que penser de New York dans les années 50 ? De la ville en elle-même peu de choses, en effet le « Grosse Pomme », théâtre auquel ce ballet est dédié, disparaît à mesure que l’univers de l’artiste s’impose à l’observateur. D’ailleurs l’auteur ne s’est, selon ses dires, jamais bien éloigné de son quartier. Il apparaît alors évident que pour Saul Leiter, il ne s’agissait pas de photographier la ville en tant qu’objet mais de la considérer comme une scène de l’activité humaine. Cette oeuvre peuplée de multiples acteurs ordinaires vise à attirer le spectateur dans une forme de confusion qui semble être une métaphore de la vie moderne. Ce « voyage » envoûtant demeure néanmoins de courte durée, puisqu’il ne se déroule qu’au long de deux salles de taille réduite… dommage.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.