Select Page

Espion(s)

Article écrit par

Pour sa toute première fois, l’ex-critique Nicolas Saada revisite le film de genre, avec Guillaume Canet et Géraldine Pailhas. Et c’est tout simplement superbe. Un coup de maître.

Tiens donc ! La mélancolie peut être sobre, l’élégance à la fois fluide et complexe. Tiens donc… Lorsque le cinéma français ne cherche pas à singer Hollywood, ni à s’assécher dans l’académisme « auteur », il embarque le spectateur comme rarement dans un dédale subtil de plaisir et d’étonnement. Entre thriller et romance : envoûtant. Revoir Espion(s), premier long métrage de Nicolas Saada, sorti en salles l’hiver dernier et disponible désormais dans les bacs, c’est tout simplement s’immerger dans l’un des meilleurs films du genre depuis Les patriotes (Éric Rochant, 1994).

                                                                                                             Espion(s).

                                                                                                              Espion(s) est certes sa première fois, mais c’est surtout – déjà – un coup de maître.

DVD édité chez TF1 Vidéo. Sorti depuis le 20 Août 2009.

Titre original : Espion(s)

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 99 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.