Select Page

Dubaï Flamingo

Article écrit par

Vanessa Paradis fait sombrer un film qui n’en demandait pas tant.

Dubaï Flamingo se déroule, comme son titre l’indique, à Dubai. La ville des Emirats Arabes Unis a tout d’un décor de cinéma : buildings poussant dans l’immensité désertique, îlot de modernité bling-bling entouré par du vide, la cité arabe est non seulement photogénique mais elle est aussi étrange. Et c’est bien la voie du conte que Delphine Kreuter (réalisatrice en 2007 du confidentiel 57000 km entre nous) choisit en racontant l’histoire d’un cadre d’entreprise, Vincent (Sergi Lopez), qui part à la dérive après le départ de sa femme, Livia (Florence Thomassin). La première scène intrigue : situé dans un hippodrome, le film pourrait se passer dans une comédie française lambda, mêmes acteurs, mêmes quiproquos conjugaux, si deux émirs ne pointaient le bout de leur foulard en arrière-plan. La rencontre d’une jeune fille éplorée (Vanessa Paradis), partie enterrer "son loup des steppes", va néanmoins tout bouleverser.

Vanessa Paradis dans un film du producteur Paulo Branco, la rencontre promettait de faire des étincelles. Après le succès de L’Arnacoeur, on espérait que l’actrice-chanteuse marche sur les pas des films de Raoul Ruiz et dévoile une étrangeté encore sous-exploitée sur grand écran. Mais il n’en est rien : Kreuter confie ici à Paradis son traditionnel rôle d’adolescente amochée par la vie (on songe à Elisa, La Fille sur le pont), et par son personnage, et le film bascule, d’un coup d’un seul, vers la fable poétique. Celui qui espérait en savoir plus sur Dubai (historiquement et socialement) en sera ainsi pour ses frais : réduit à des silhouettes muettes, le film oublie les autochtones et, quand un personnage dit expressément sa volonté de ne parler "ni de politique ni de religion" , le film s’enferme  alors dans une carte postale inutile.

L’errance poétique est un genre cinématographique en soi, mais Dubaï Flamingo n’a ni sens épique ni charme vagabond : la faute à des dialogues bâclés, à des situations qui semblent improvisées lors du tournage et à une certaine laideur visuelle qui cultive le goût du décor bric-à-brac et du gros plan brutal. En réalité, Delphine Kreuter poursuivait une jolie idée avec ce road-movie dans un pays qui a la taille, rappelons-le, d’un département français et Dubaï Flamingo est d’autant plus étrange qu’on sent la réalisatrice tenaillée par une volonté de parler du couple ; un peu comme si Antonioni cherchait à filmer le désert en mettant des lunettes de farce et attrape. Mais par son casting chic et toc, son amour des petits accessoires, son bricolage de clip, Dubaï Flamingo n’est rien de plus qu’un ovni sorti tout droit des années 90.

Titre original : Dubaï Flamingo

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 84 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.