Select Page

Box 507 (La Caja 507)

Article écrit par

La ressortie de Box 507 est l´occasion de redécouvrir un polar espagnol diabolique, tendu comme un arc, et accessoirement Grand prix du festival de Cognac en 2003.

Comme tous les grands polars, Box 507 tire avant tout ses qualités de son script, qui ne laisse rien au hasard, et utilise une bonne idée de départ pour dénouer un à un les fils d’une inextricable machination. Le réalisateur Enrique Urbizu, qui souhaitait montrer une Espagne peu vue au cinéma, a situé son film dans la Costa del Sol. Un choix judicieux qui profite au « look » du long-métrage, écrasé de lumière, qui contraste avec les sombres agissements de ses personnages.

En parallèle, on suit un père meurtri qui remontera grâce à sa seule intelligence, bien aidée il est vrai par un côté calculateur, jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir. Autre personnage principal, un ex-flic brutal tombé en disgrâce suite à l’incendie qui ouvre le film, et devenu par la force des choses un tueur à gages efficace et sans pitié. On se doute que les deux héros, qui vont laisser quelques cadavres derrière eux, finiront par se rencontrer durant le climax. Urbizu ne contredit pas nos attentes, livrant une ultime séquence magistrale de rouerie et de cynisme qui, si elle n’atteint pas les sommets d’un Usual Suspects par exemple, parvient à faire de Box 507 l’un des fleurons du polar moderne.

En bonus, La fabrique de films propose, comme pour la première édition, un court making-of où le cinéaste revient sur ses ambitions, ses choix de casting et de mise en scène. L’occasion aussi de voir quelques images d’un tournage qui s’est bel et bien déroulé sous une chaleur étouffante, au grand dam de certains acteurs !

Titre original : La Caja 507

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 112 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…