Box 507 (La Caja 507)

Article écrit par

La ressortie de Box 507 est l´occasion de redécouvrir un polar espagnol diabolique, tendu comme un arc, et accessoirement Grand prix du festival de Cognac en 2003.

Comme tous les grands polars, Box 507 tire avant tout ses qualités de son script, qui ne laisse rien au hasard, et utilise une bonne idée de départ pour dénouer un à un les fils d’une inextricable machination. Le réalisateur Enrique Urbizu, qui souhaitait montrer une Espagne peu vue au cinéma, a situé son film dans la Costa del Sol. Un choix judicieux qui profite au « look » du long-métrage, écrasé de lumière, qui contraste avec les sombres agissements de ses personnages.

En parallèle, on suit un père meurtri qui remontera grâce à sa seule intelligence, bien aidée il est vrai par un côté calculateur, jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir. Autre personnage principal, un ex-flic brutal tombé en disgrâce suite à l’incendie qui ouvre le film, et devenu par la force des choses un tueur à gages efficace et sans pitié. On se doute que les deux héros, qui vont laisser quelques cadavres derrière eux, finiront par se rencontrer durant le climax. Urbizu ne contredit pas nos attentes, livrant une ultime séquence magistrale de rouerie et de cynisme qui, si elle n’atteint pas les sommets d’un Usual Suspects par exemple, parvient à faire de Box 507 l’un des fleurons du polar moderne.

En bonus, La fabrique de films propose, comme pour la première édition, un court making-of où le cinéaste revient sur ses ambitions, ses choix de casting et de mise en scène. L’occasion aussi de voir quelques images d’un tournage qui s’est bel et bien déroulé sous une chaleur étouffante, au grand dam de certains acteurs !

Titre original : La Caja 507

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 112 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.