Select Page

Arcadia

Article écrit par

Road movie familial sensible à défaut d´être novateur, porté par une interprétation sans faille.

Arcadia aurait très vite pu atteindre les limites de ce qu’on peut encore supporter en matière de films indépendants américains : road movie, personnages introspectifs, liens familiaux qui se délitent, passage à l’âge adulte d’une jeune fille diaphane, folk minimaliste et couchers de soleil sur paysages désincarnés du Midwest, le premier long métrage d’Olivia Silver coche toutes les cases, en faisant une parfaite bête à concours Sundance. Au lever du jour, un père et ses trois enfants s’engouffrent dans un break cabossé ; il faut dire “au revoir à la maison”, et prendre la route direction Arcadia, banlieue résidentielle du Sud de Los Angeles, à l’autre bout du pays, où le père vient de trouver un travail après six mois de chômage. La mère est en visite chez sa soeur, elle les rejoindra “très vite”, peut-être même qu’elle y sera pour les accueillir. Un pays à parcourir, des kilomètres de bitume et de vie amère, l’occasion de faire surgir les rancoeurs, de grandir à la va-vite et de se demander pourquoi Maman n’est jamais joignable.

Difficile d’affirmer qu’Arcadia innove, ou qu’on n’a pas l’impression d’avoir vu le film mille fois. Tout y est : routes infinies et désolées, motels miteux et dîners poisseux, enfants qui boudent sur la banquette arrière. Sauf que Silver, si elle n’évite pas quelques symboles lourdingues (un ours en peluche abandonné sur un coin de route pour marquer l’adieu à l’enfance), sait ménager un vrai climat de trouble, où elle suggère plus qu’elle ne montre, où les petits détails qui ne trompent pas disent plus que n’importe quel mot. Les coups de sang d’un père acculé, la promesse brisée d’une virée au Grand Canyon ou le départ précipité d’un fast-food où le vin n’est pas servi assez généreusement (“on n’est pas en France”), et c’est la gêne adolescente d’avoir des parents qui apparaît idéalement à l’écran. Des kilomètres avalés, une photo de famille à laquelle on s’agrippe, un matelas gonflable à même le sol : Olivia Silver filme l’apprentissage de la vie à la dure de manière tout à fait recommandable. 
 

 

Surtout, elle est grandement aidée par un casting irréprochable, à commencer par John Hawkes, dont le jeu génial en intériorité et violence rentrée impressionne depuis Winter’s Bone (2011) ou Martha Marcy May Marlene (2012). De ce dernier, presque unaninement célébré par la critique, Arcadia hérite le flottement, le ballottement, l’idée que la vie peut parfois prendre des chemins de traverse et qu’il faut composer avec. Ty et Ryan Simpkins, frère et soeur à la ville, finissent de parfaire une distribution soignée : la jeune fille, sorte de petite soeur d’Elle Fanning, évoque l’enfance fânée des films de Sofia Coppola, de Virgin Suicides (2000) notamment. Filmée dans une lumière de fin d’après-midi, on ne regarde plus qu’elle, et le film développe avec délicatesse une sensation d’intimité, le sentiment de connaître et de vivre avec cette famille pas si désunie, observée avec justesse au moment de la toute fin de l’innocence.

Titre original : Arcadia

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 91 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.