Select Page

65e Mostra de Venise

Article écrit par

Bref retour sur la Mostra à peine conclue, l’occasion pour un tour d’horizon en attendant le moment du bilan…

Le 6 septembre s’est conclue officiellement la 65ème Mostra de Venise, et avec elle a pris fin l’habituel carrousel de stars, de polémiques et critiques qui l’accompagnent. Donnée pour mourante, ressuscitée à chaque édition, la Mostra vieillissante et toujours plus concurrencée ne perd toutefois pas son charme, et est parvenue, encore une fois, à nous surprendre…

Marco Müller, re-confirmé directeur malgré les bruits qui annonçaient sa retraite, a offert comme d’habitude au public lagunaire une sélection exigeante et éclectique, toujours tournée vers l’orient et notamment le Japon, avec l’habitué Takeshi Kitano et son Akires to kame, ainsi que le maître de l’animation Hayao Miyazaki avec Gake no ue no Ponyo (Ponyo on Cliff by the Sea). Cette année, une fois n’est pas coutume, le renaissant (on l’espère) cinéma italien était à l’affiche avec pas moins de quatre films, qui rapprochaient noms célèbres – Ferzan Ozpetek et Pupi Avati, à des réalisateurs prometteurs tels que Peppi Corsicato.

Mais le jury, présidé par le guru Win Wenders et entouré de Juriy Arabov, Valeria Golino, Douglas Gordon, Lucrecia Martel, John Landis et Johnnie To, a tranché en faveur du grand outsider américain, Darren Aronofsky, qui avec The Wrestler a réssuscité en tête d’affiche Mickey Rourke. Ce dernier a ébloui presse et public avec une interprétation, nous dit-on, bouleversante, dans le rôle d’un Rocky un peu alcoloo et sans doute beaucoup plus noir…
C’est le cinéaste russe Aleksey German Jr, sans doute peu connu du grand public, qui a remporté le Lion d’argent (le prix de la mise en scène) pour son film Bumaznyj Soldat, succédant à Brian de Palma, qui l’année dernière avait remporté les suffrages avec son poignant film sur l’Iraq, Redacted.

Coté acteurs, le jury a privilégié l’expérience, primant des acteurs déjà confirmés. Silvio Orlando a défendu les couleur de l’Italie avec le prix du meilleur acteur, pour son rôle dans le film Il papà di Giovanna de Pupi Avati,  voyant ainsi enfin récompensé son incroyable talent , trop peu exploité par les réalisateurs transalpins, couronnant ainsi une carrière ponctuée de perles, à coté de réalisateurs tels que Nanni Moretti (La stanza del figlio, il Caimano), Gabriele Salvatores (Sud, Nirvana), ou Lucchetti (restera unique son intepretation dans La Scuola). Coté femmes, Dominique Blanc, muse de Godard, Chabrol et Malle, a reçu la Coppa Volpi pour l’interprétation d’une femme séparée et angoissée dans le film L’autre de Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic.

Mais, au-delà des prix, des cérémonies de clôture, des paillettes, que reste-t-il de cette 65ème édition de la Mostra ? Il faut maintenant laisser décanter un peu le climat festivalier et laisser posés les confettis : rendez vous dans une petite semaine, lorsque notre correspondant Italien dressera un bilan critique de ce Festival, qui, malgré tout, n’en finit pas de séduire….

Palmarès complet :

LEONE D’ORO , meilleur film : The Wrestler de Darren ARONOFSKY (Usa)

LEONE D’ARGENTO meilleur réalisateur: Aleksey German Jr., pour Bumaznyj Soldat (Paper Soldier) (RussiE)

PRIX SPECIAL DU JURY : Teza de Haile Gerima (Etiopie, Allemagne, France)
COPPA VOLPI meilleur acteur: Silvio Orlando, Il papà di Giovanna de Pupi AVATI (Italie)

COPPA VOLPI per la meilleure actrice : Dominique Blanc, L’autre di Patrick Mario Bernard, Pierre Trividic (France)

PRIX MARCELLO MASTROIANNI à un jeune acteur o actice emergeante : Jennifer Lawrence, The Burning Plain di Guillermo Arriaga (Usa)

OSELLA, meilleure photo à: Alisher Khamidhodjaev e Maxim Drozdov pour Bumaznyj Soldat (Paper Soldier) di Aleksey German Jr. (Russia)

OSELLA meilleur scénario: Haile Gerima, pour Teza de Haile Gerima (Etiopie, Allemagne, France)

LEONE SPECIALE pour l’ensemble de l’oeuvre: Werner Schroeter

PRIX “LUIGI DE LAURENTIIS” , meilleur premeir film (jury presidé par Abdellatif Kechiche) : Pranzo di Ferragosto di Gianni Di Gregorio (SIC – Settimana Internazionale della Critica, Italie)


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.