Select Page

Samedi soir, dimanche matin

Article écrit par

Un des films cultes du cinéma anglais…

Saturday Night and Sunday Morning est un des films manifeste du « free cinéma » anglais, mouvement britannique des sixties équivalent à la Nouvelle Vague française même si plus politiquement engagée que cette dernière. Le phénomène trouve d’ailleurs en partie son origine du côté littéraire puisque certaines de ses préoccupation se retrouvent déjà chez les Angry Young Men, groupe de jeunes auteurs britanniques apparus durant les années cinquante. Leurs écrits se caractérisaient par la touche authentique et réaliste des milieux prolétaires dépeints, que ce soit les personnages type working class heroes favorisant une écriture au langage simple ou dans les situations issues du quotidien qui leur vaudront également le qualificatif de kitchen sink drama (variation du terme Kitchen sink painters attribué aux peintres réalistes anglais des années 40/50). Le film de Karel Reisz adapte donc un des livres les plus culte du mouvement, écrit par Alan Sillitoe (qui en signe également le scénario) en 1958 et qui verra un autre de ses écrits transposé dans le cadre du free cinéma avec La Solitude du Coureur de fond réalisé en 1962 par Tony Richardson (ici producteur).


Saturday Night and Sunday Morning
, c’est donc aussi et surtout l’histoire d’un jeune homme en colère, cet Arthur incarné avec une fougue et authenticité peu commune par le jeune Albert Finney qui crève l’écran pour son premier rôle au cinéma. La vie d’Arthur se partage entre les semaines mornes où il ronge son frein à l’usine et le weekend où il enchaîne les beuveries épiques au pub avec ses amis et aligne les conquêtes féminines. Car Arthur a trouvé la solution parfaite pour s’évader de ce Nottingham grisâtre, se ficher de tout et de tout le monde et n’en faire qu’à sa tête. Albert Finney campe ainsi un personnage impulsif et imprévisible dans ses actes comme ses propos, un gamin espiègle qui n’a aucune envie de grandir comme le montrent d’hilarantes scènes où il joue de bien mauvais tours à ses congénères comme placer un rat mort au poste d’une collègue d’usine ou tirer au fusil à plomb dans la fesse d’une voisine récalcitrante. Arthur ne cherche qu’à vivre au jour le jour et sans attache, et le mariage aboutissement logique de tous les jeunes gens de son âge est synonyme de prison à laquelle il faut échapper. Le film se fait le portrait d’une certaine Angleterre de l’après-guerre, résignée et sans perspectives. Les quidams qui ont connu la guerre et les privations se contentent aisément d’un travail modeste et monotone qui leur apporte sécurité, la télévision étant une distraction bien suffisante et ils n’aspirent finalement à rien d’autre. La génération suivante, celles de leurs enfants ne se reconnaît pas dans cette perspective toutes tracée mais le film montre finalement l’impasse de ces jeunes gens face aux possibilités d’avenir terriblement limitées.

Pour Arthur, l’étau va même se resserrer dangereusement lorsqu’il mettra enceinte une amante mariée, où à travers la rencontre d’une jeune fille (Shirley Anne Field) plus délicate que ses conquêtes habituelles. Le filme nous promène ainsi au fil des pérégrinations quotidiennes et des pensées d’ Arthur dans une ligne narrative ténue et liées aux états d’âmes de son héros. La mise en scène de Karel Reisz est une alliance d’authenticité (qui se répercute dans les dialogues et situations où on évoque ouvertement le sexe, l’avortement…) et d’élégance nous faisant visiter les recoins les plus prolétaires de Nottingham avec ses pubs enfumés où la pinte coule à flot, les plans d’ensemble de paysage avec cheminées d’usines à pertes de vues, espaces ruraux de plus en plus restreint, petites ruelles où jouent les gamins…

La photo de Freddie Francis propose un noir et blanc somptueux et tout en nuances qui capte la vérité ce cadre tout en lui conférant une recherche visuelle toute cinématographique. La description est d’ailleurs loin d’être négative et avec le temps, c’est une vraie nostalgie qui se dégage pour cette Angleterre chaleureuse et faite de plaisirs simples comme la promenade dominicale à bicyclette, les excursions à la pêche, les sorties au dancing (belle bande-son mode jazzy)  et bien évidemment les réunions au pub. La conclusion laisserait notre héros presque rangé mais rien n’est moins sûr tant rien ne laisse totalement penser que sa nature indomptée saura être domestiquée, surtout quand on sait que la société anglaise sera amenée à être bien plus libérée dans un avenir proche.

Le film est un immense succès et multipliera les récompenses en Angleterre pour son acteur principal et son réalisateur promis à un bel avenir. Saturday Night and Sunday Morning a également un immense impact sur la culture pop anglaise jamais démentie à ce jour. La chanson des Smiths There is a light that never goes out de l’album The Queen is dead s’inspire d’une phrase de Doreen (I want to go where there’s life and there’s people devenant I want to see people and I want to see life) tandis que le titre du premier album des Arctics Monkeys Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not (dont la pochette affiche le visage d’un pur lads glandeur clope au bec à la Albert Finney) reprend une des répliques cultes d’Arthur. On peut ajouter un titre des Stranglers et aussi de Madness en 1999 intitulé Saturday Night and Sunday Morning en hommage au film pour mesurer son importance dans l’appel à un nouvel idéal de vie pour les jeunes anglais.

Titre original : Saturday night and Sunday Morning

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 89 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.