Select Page

Listen Up Philip

Article écrit par

Les affres de la création artistique dans le nouveau film d´Alex Ross Perry, quelque part entre Girls » et Woody Allen. »

De The Color Wheel (2012), premier long métrage d’Alex Ross Perry à être distribué en France, subsiste ici le goût du jeune cinéaste (trente ans à peine) pour l’équilibre précaire. Car pour décrire Listen Up Philip, rien de mieux peut-être que l’accolement d’adjectifs antonymes – doux-amer, tendre-dur, sincère-roublard. Autant de termes pour signifier les oppositions apparentes avec lesquelles joue malicieusement Alex Ross Perry, dont le nouveau film vogue sur la crête de sentiments contradictoires. Pour ses personnages, empêtrés comme c’est la norme des jeunes artistes new-yorkais dans des turpitudes dont la douloureuse inconstance n’a d’égal que la hauteur de leur ego ; et pour nous, ballottés entre charmante farce et comédie psychanalytique plutôt cruelle. Soit le portrait du petit monde de Philip Lewis Friedman (Jason Schwartzmann), jeune auteur de Brooklyn qui s’apprête à sortir son deuxième livre dans un contexte où tout, la ville en tête, est propice à l’agacement. Il plaque ainsi New York, appart et petite amie (Elizabeth Moss, parfaite) pour la maison de campagne de son idole de toujours, l’écrivain Ike Zimmermann, qui a aimé son roman. Ensemble, ils vont pouvoir deviser sur la terrifiante inutilité des autres, et leur non moins terrifiant génie : le talent a ceci d’écrasant qu’il isole.

Evacuées les plombantes références revendiquées par Perry, Philip Roth et John Cassavetes en tête, Listen Up Philip laisse se déployer son véritable enjeu : raconter la trajectoire d’un jeune homme arrogant, dont on ne sait jamais trop, c’est l’atout majeur du film, si on l’aime ou si on le déteste. Très lettré, le film s’amuse à déconstruire les clichés d’un cinéma d’auteur où la littérature est l’élément-clé : ici, le succès de la sortie d’un livre est propre à alimenter toutes les névroses, dans une ville (New York, filmée de manière anti-romanesque) aussi bien terrain fertile de l’imagination que machine à broyer. Lena Dunham, dans sa formidable série Girls, tricote à peu près le même motif, à savoir celui d’un espace mental (l’art) et physique (la ville) où le groupe et la création artistique renvoient paradoxalement à la pire solitude ; où la nécessité de créer, génératrice d’un ego surdimensionné, implique fatalement à plus ou moins court terme un déplacement. C’est, ici, dans la maison de campagne d’un vieil écrivain célébré que se jouera la bataille des egos (“à ton âge, j’avais déjà une oeuvre bien plus conséquente”, dit Ike à Philip) qui, d’une admiration réciproque, débouchera sur une nouvelle consécration de l’individualisme.

 

Listen Up Philip est délicieusement cynique, creusant par là-même le sillon du cinéma de Woody Allen, où l’intelligence et la mécanique de la réflexion engendrent de douloureuses considérations. Sur soi, mais surtout sur les autres, avec lesquels Philip tente de vivre sans jamais pouvoir les trouver à la (sa) hauteur : il y a qu’Ashley, sa petite amie photographe délaissée, ou Yvette, la séminariste française et nouvelle conquête de l’université où il enseigne un temps, sont, elles, très satisfaites de leurs accomplissements, là où lui ne trouve même plus de plaisir dans la promotion de son livre (Philip refuse bientôt toute publicité). Et que Philip ne saurait s’abaisser à un sentiment aussi bas que le contentement. Si Listen Up Philip ne sombre pas dans le nihilisme primaire, c’est grâce à un humour à froid salvateur, dont on ne voit pas qui d’autre que Jason Schwartzmann aurait pu l’incarner si pleinement. Filmé comme un objet d’étude, de zooms successifs en plans tremblotants, Alex Ross Perry se glisse littéralement sous sa peau et dans sa tête (l’utilisation de la voix off est ici exemplaire), pour dire finalement la singulière et triste histoire d’un petit con égoïste, racheté in extremis par une désarmante humanité.

Titre original : Listen Up Philip

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 108 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Mais vous êtes fous

Mais vous êtes fous

Inspiré d’un fait divers, le film reste sobre dans sa description du propos et évite ainsi de tomber dans les clichés en tout genre concernant la drogue. Cependant, à trop vouloir être descriptif, les intentions de la réalisatrice se perdent et l’on reste sur notre faim.

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.